REFLEXION

L’ELIMINATION DE L’ALGERIE DE LA COUPE DU MONDE : La tête de Saadane sur la table de Djiar

El Hachemi Djiar, ministre de la Jeunesse et des sports, a évité de répondre ouvertement à la question de savoir si Rabah Saâdane sera maintenu à son poste d’entraîneur de l’équipe nationale de football après l’élimination mercredi de l’Algérie de la Coupe du monde.



Je n’ai aucun problème avec le staff technique. Ils ont fait ce qu’ils ont pu. L’Algérie n'est pas allée au deuxième tour du Mondial. Il y a eu des lacunes. Je ne peux rien dire sur cet aspect des choses. Il faut faire une évaluation. L’évaluation permettra de déterminer ce que sera la prochaine étape. C’est une réflexion collective qu’il faut engager. On verra », a-t-il déclaré jeudi matin sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale. « Arriver au Mondial était utopique, il y a trois ans. Cela dit, la perfection n’appartient qu’à Dieu », a-t-il ajouté. Interrogé sur la possibilité de faire appel à un coach étranger, le ministre a eu cette réponse : « pour le moment, je ne peux rien vous dire. C’est prématuré d’aborder cette question ». Il a rappelé les conditions de l’arrivée de Rabah Saâdane à la barre technique des Verts. « Le choix s’est porté sur Rabah Saâdane comme entraîneur national après les problèmes qu’a connus l’équipe algérienne en 2007 à la veille du match contre la Guinée. Ce choix était motivé par le palmarès de Saâdane. Trois ans après, nous avons une équipe nationale de football. Cela dit, nous n’avons pas atteint tous nos objectifs », a indiqué le ministre. Selon lui, les joueurs ont fait ce qu’ils ont pu au Mondial sud-africain. « La participation algérienne au Mondial n’a pas été négative. Le plus dur commence. Il faut consolider les acquis, corriger les insuffisances et préparer les prochaines échéances. Une équipe ne se construit pas du jour au lendemain », a-t-il souligné. Le ministre n’a pas tari d’éloges sur le gardien de but Raïs M’Bolhi. « C’est un jeune qui a beaucoup d’avenir. L’équipe nationale peut compter sur lui mais il ne faut pas sous-estimer Chaouchi. Chaouchi a besoin d’être consolidé et formé », a-t-il dit. El Hachemi Djiar a dans ce contexte plaidé pour un juste équilibre entre les joueurs évoluant à l’étranger et les joueurs locaux. M. Djiar a annoncé dans ce contexte la création, à la faveur de la prochaine loi de finances, d’un fonds spécial destiné au football professionnel. « Il appartient aux clubs de s’organiser. Ce n’est pas simple mais il faut y aller. Le soutien de l’Etat sera continu et bientôt un cahier des charges sera remis au club après son adoption par le gouvernement », a-t-il précisé soulignant que les clubs professionnels auront un statut de Société par actions (SPA). « Cela permettra une grande participation d’actionnaires de manière à mieux mobiliser les ressources », a-t-il ajouté.

Ismain
Samedi 26 Juin 2010 - 10:44
Lu 512 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+