REFLEXION

L’EDUCATION A MOSTAGANEM : Autopsie d’un secteur malade à Bouguirat

Drôle de gestion d’un secteur qu’on dit pourtant hautement stratégique ! On a beau nous évoquer une planification et une carte scolaire bien étudiée, l’état des lieux sur le terrain à Bouguirat à titre d’exemple démontre aisément que ce n’est là, que pur ‘‘rêve de père Noël’’. De vision prospective, il n’y en a point, et on s’entête d’entretenir le vieux réflexe d’exposer béatement ses ‘’belles’’ statistiques d’avoir ouvert tel nombre d’établissements scolaires, en occultant parfaitement les conditions dans lesquelles s’est opérée cette ouverture.



En matière d’encadrement, on parle de redéploiement du personnel. Concrètement, cela veut dire ‘’vider’’ par-ci, où parfois il en manquait déjà, pour ‘’remplir’’ par-là. Ainsi, a-t-on ‘’joué le tour’’ à Sfisifa à Bouguirat, à Mme la ministre de l’éducation nationale qui y a inauguré un nouveau collège. Certainement qu’elle ignorait que ce jour-là, le chef d’établissement était provisoirement affecté pour assurer la bonne cérémonie inaugurale, et que le personnel d’exécution était ‘’puisé’’, contre son gré et sans sa consultation préalable, des autres établissements scolaires de la circonscription. La plupart des agents d’éducation ayant refusé le déplacement, le CEM accuse d’ores et déjà un déficit dans l’encadrement, et ce sont des élèves qui s’acquittent de certaines tâches des agents d’éducation. Même dépourvu dans la gestion du secteur au lycée de Bouguirat. L’établissement ayant terminé ‘’en catastrophe’’ l’année scolaire écoulée, en raison d’un long bras de fer proviseur-enseignants qu’on a trop laissé trainer, a été rouvert cette année sans proviseur ni surveillant général. Un établissement sans chefs, où les indus-occupants des logements de fonction ne daignent pas libérer les lieux, où l’on n’a pas encore ouvert de classe spéciale pour les malheureux candidats à la dernière session du Bac, où nombre de nouveaux élèves dont des orphelins, ont été privés de leur droit d’issus de familles nécessiteuses et de leurs manuels scolaires gratuits. Faisant fi de toutes ces entraves au bon fonctionnement, on compte lui ‘’greffer’’ la gestion du nouveau lycée qui sera incessamment ouvert, dans la précipitation et avec mille et une malfaçons, du moment que l’entrepreneur est ‘’sommé’’ de livrer au plus vite le projet.

 

Mohamed Ould Tata
Vendredi 2 Octobre 2015 - 17:28
Lu 326 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+