REFLEXION

L’EAU POTABLE SE MELANGE AVEC LA FLOTTE DES EGOUTS : Deux quartiers populaires privés d'eau à Sidi Bel Abbès

Depuis plus de 15 jours, les robinets dans les quartiers populaires Houari Boumediene ex « cité Mimoun » et « village Errih » se trouvent à sec. Aucun avis de l’ADE n’a jusqu’à présent été annoncé sur la durée de cette coupure d’eau pour le moins inattendue et qui risque de s’installer dans le temps vu la gravité de la situation.



Les citoyens de ces quartiers populaires ne savent plus à quel saint se vouer face au mutisme de l’Algérienne des eaux et des autorités locales qui semblent ne pas se soucier des déboires des résidents de ces quartiers. La tension monte de plusieurs crans et la situation risque d’être explosive compte tenu du manque de communication et du désintérêt affiché à l’égard des citoyens de ces quartiers oubliés. On apprend de sources crédibles qu’une réunion prévue par la direction de wilaya de l’hydraulique a été boudée par les premiers responsables de l’APC, de l’ADE et de la DUC. Ils ont été représentés par de simples chefs de services ce qui démontre le désintérêt face à cette catastrophe que vivent des milliers de citoyens.  Selon des sources proches de l’ADE  dont le seul souci semble être la vente de l’eau, et à défaut de règlement de la facture c’est le compteur qui disparait, il s’agit « d’un cross connexion » ce qui veut dire en termes plus explicite, le mélange de l’eau potable avec la flotte des égouts. On apprend que l’eau potable est polluée dans l’ensemble des rues des deux quartiers et on n’arrive pas à déterminer l’endroit exact de la catastrophe. Dans de pareils cas chez des responsables et des élus locaux qui se respectent, il s’agit d’une urgence qui bannit toute procédure du code des marchés. L’algérienne des eaux s’est contentée selon nos sources d’information de fermer la vanne principale qui alimente ce quartier en ce précieux produit. Devant ce dysfonctionnement criard, les citoyens de ces mythiques quartiers tiennent toujours leur mal en patience  en se rabattant sur les voisins dotés de puits et les scènes antiques des enfants trainants des jerricans, courant derrière les camions citernes, ont refait surface dans la plus grande des désolations. Aux dernières nouvelles communiquées par nos sources d’information, les citoyens devront encore patienter des semaines pour ne pas dire des mois. Il faudra attendre un projet de réhabilitation des réseaux d’AEP et d’assainissement qui vient d’être lancé avec une entreprise qui obtiendra l’ordre de service dans les prochains jours. A noter que le projet en question devra être suivi par la DUC. En attendant la flotte, l’ADE compte pallier à ces désagréments au moyen de citernes qui se chargeront de distribuer la flotte.

D. M
Mardi 11 Novembre 2014 - 16:50
Lu 231 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+