REFLEXION

L’Algérie ne doit pas tomber dans le piège de certaines provocations marocaines et de celui de Farouk Ksentini



1.- Avec bon nombre d’anciens moudjahiddines  de la  révolution et d’intellectuels , nous avons été étonné  tant  de l’agressivité marocaine   que  de la positon extrémiste   d’un  soi disant défenseur des droits de l’homme, fonctionnaire de l’Etat,  qui se permet d’ailleurs  de critiquer l’opposition ( démocrates et islamistes)  alors qu’il doit se cantonner dans son rôle de défenseur des droits  de l’homme, mission très noble. Pourquoi cette dérive intolérable qui nuit à l’image de l’Algérie, où en est la tolérance qui fonde les principes des Droits de l’Homme  et qui   est-il pour critiquer  ouvertement des Partis devant respecter toutes les sensibilités ? Parle t-il en son nom personnel, en tant qu’avocat  ou au nom du gouvernement algérien lorsqu’il préconise, acte d’une gravité extrême,   la rupture de relations diplomatiques   entre l’Algérie et le Maroc ? Ce qui constitue selon mon point de vue un piège  afin d’isoler l’Algérie  qui rejoint  les récentes  provocations marocaines  sous la pression de puissants lobbys liés à la drogue, qui ne veulent pas d’une relation apaisée avec l’Algérie, ne représentant pas   d’ailleurs les aspirations de la majorité des marocains.            
2.- L’Algérie ne saurait tomber dans ce piège. La diplomatie algérienne  depuis l’indépendance politique  a toujours été fondée  sur la résolution des conflits  par le dialogue productif  et s’est inscrite toujours dans le respect  des  résolutions  des Nations Unies. Le premier ministre  et le Ministre des affaires étrangères algériens qui est un brillant diplomate,   ont récemment affirmé, que privilégiant les intérêts supérieurs de l’Algérie dont l’intégralité territoriale, assurée par notre armée républicaine,  que ce qui rassemble les peuples maghrébins est beaucoup plus fort que ce qui les divise. 3.-L’objectif stratégique contenu dans les grandes résolutions des  gouvernements algériens qui se sont succédés depuis 1962, est de rassembler et non de diviser, de  réaliser ce vieux rêve  d’intégration du Maghreb , pont entre l’Europe et l’Afrique, afin d’éviter la  marginalisation  de cet espace stratégique  au sein de l’économie mondiale, représentant en 2012 ce taux dérisoire de 0,65 %  du produit intérieur brut mondial, rendant urgent  une stratégie d’adaptation  face aux profonds  bouleversements géostratégiques entre 2014/2020 et qui concerne notamment le continent de l’Afrique. Certes c’est encore un rêve, mais  il est possible de le réaliser, tous ensemble en dépassant  les divergences conjoncturelles. La société civile, les entrepreneurs ont un rôle stratégique à jouer. A ce titre je salue l’initiative du secrétariat général de l’UMA qui organisera très prochainement une rencontre (2014) regroupant l’ensemble des universités maghrébines afin de les mettre en réseaux. Aussi il s‘agit pour l’Algérie de ne pas  tomber dans le piège que lui tendent tant certaines provocations marocaines  que celui de Farouk Kenstini qui ne  représente que lui-même et non la voix officielle algérienne.

Dr Abderrahmane Mebtoul, Expert International en management stratégique
Vendredi 31 Janvier 2014 - 18:54
Lu 665 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+