REFLEXION

L’Algérie investira 70 milliards de dollars dans le gaz de schiste


Sonatrach investira pas moins de 70 milliards de dollars pour l’exploitation du gaz de schiste en Algérie, a indiqué ce dimanche 11 janvier 2015 le PDG de Sonatrach, Saïd Sahnoun à la Radio Alger Chaîne III, malgré l’opposition des habitants des régions du Sahara où se trouvent les gisements, au sud d’In Salah.



La société d’hydrocarburesn’investira pas moins de 70 milliards (mds) de dollars sur 20 ans pour produire 20 mds de m3 de gaz de schiste par an, a-t-il déclaré à la radio algérienne. Ce projet permettra la création de 50.000 emplois, a assuré M. Sahnoun. Selon les estimations de la Sonatrach, l’Algérie devrait forer quelque 200puits par an pour pouvoir produire 20 mds de m3 annuels.
Les manifestations contre l’exploitation du gaz de schiste se sont multipliées dans les villes du Sahara algérien depuis que le groupe pétrolier a annoncé fin décembre avoir effectué avec succès son premier forage pilote dans la région d’In Salah.
Depuis le premier janvier, les écoles, les commerces et les administrations publiques sont fermées à In Salah où l’opposition à l’exploitation de cette source d’énergie prend de plus en plus d’ampleur, selon certaines sources.
Il faut clarifier et lever les ambigüités autour du gaz de schiste (…) peut-être que nous n’avons pas suffisamment communiqué sur ce sujet, les craintes sont justifiées, a estimé le patron du groupe pétrolier. Le puits pilote d’In Salah est en train de produire du gaz propre. Il y a une gestion des rejets des eaux.
La méthode d’extraction, la fracturation hydraulique, est controversée. Elle consiste à injecter à très haute pression de l’eau mêlée à du sable et à des produits chimiques pour libérer le gaz de la roche.
D’où des risques de contamination des nappes phréatiques, selon des scientifiques et des ONG de défense de l’environnement.
Selon M. Sahnoun, les ressources techniquement récupérables de gaz de schiste sont estimées à 20.000 mds de m3.
En Algérie où les hydrocarbures comptent pour plus de 95% des recettes d’exportations, les réserves en gaz conventionnel prouvées sont estimées à plus de 4.000 mds de m3 et celles en pétrole à plus de 12 mds de barils.
 
 

Riad
Dimanche 11 Janvier 2015 - 21:10
Lu 390 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+