REFLEXION

L’Algérie et la Démocratie



Avant de parler de démocratie, il faudrait tout d’abord se poser la question : sommes-nous démocratiques ? La démocratie est-elle appliquée? En se référant à la législation algérienne, nous constatons qu’il y a toute une batterie de textes qui parle de la démocratie et donc l’Algérie est le pays le plus démocratique dans le monde théoriquement parlant bien sûr. Mais lorsque nous observons la réalité sociale et politique du pays, il s’avère que la démocratie n’est pas appliquée dans son ensemble ou très mal conçue. Malheureusement, la démocratie commence tout d’abord à la base. A titre d’exemple, si nous prenons la cellule familiale algérienne nous relevons que la démocratie n’existe pas du fait qu’il n’y a pas de communication ni de consultation, le père fait main basse sur tout. La mère ou les enfants n’ont aucun droit de regard ou de consultation, sur quoi que ce soit. Le mari a tous les droits par contre la femme n’a de droits que ce que peut bien lui offrir le mari. Le père se comporte comme il veut et décide de tout. Par contre le conjoint n’a pas le droit de s’opposer à la décision prise par le mari même dans le mariage de ses enfants alors que le couple est concerné, c’est lui qui donne le véto. Le même schéma est reproduit sur la société. Personne ne peut agir à sa guise sans que la foudre sociale ne lui tombe dessus car comme le dit si bien Albert Einstein « il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome » et donc où est la démocratie ? La démocratie c’est lorsque les libertés sont respectées mais pas transgressées, lorsqu’il ya une consultation et une réciprocité d’action. La démocratie est vue là du côté social et c’est à partir de là que commence la démocratie. Elle doit se faire tout d’abord par la base (la société) avant d’arriver aux instances politiques. Comment peut-on prétendre à la démocratie de la part de nos dirigeants alors que les partis politiques eux-mêmes n’ont aucune notion de la démocratie. Au sein du parti nous observons des injustices entre adhérents et militants d’un même parti politique, alors comment peuvent- ils se prétendre démocratiques ou gérer une nation. Ils ne peuvent même pas rassembler le peuple ni répondre à ses aspirations. Le parti politique lui-même est gangréné et des guerres intestines sont déclarées au sein du parti lui-même pour le leadership ou pour une autre cause. Le jour où les partis politiques assainiront leurs rangs et se fixeront comme objectif l’intérêt de la nation et non leurs propres intérêts à savoir servir le pays et non se servir de lui, là nous pourrons prétendre à un brin de démocratie, lorsque l’intérêt général primera sur l’intérêt personnel, nous aurons débuté dans la voie de la démocratie. Par ailleurs, quand la femme aura le droit d’être élue à un taux de participation de plus de 30% dans les instances de l’Etat nous aurons atteint le seuil minimum de la démocratie. A ce moment là l’Etat doit trouver les bons mécanismes pour revoir les textes de la constitution ainsi que ceux relatifs aux élections.

Benyahia El Houcine
Mercredi 18 Mai 2011 - 12:32
Lu 533 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+