REFLEXION

L’Algérie en deuil



L’Algérie en deuil
Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika a affirmé qu’avec la disparition de l’ancien président Ahmed Ben Bella, décédé mercredi, l’Algérie perd l’un de ses grands hommes et un des sages dirigeants africains ». « Les grands Hommes nous quittent mais leur souvenir demeure éternel. L’un des plus éminents dirigeants de l’Etat algérien moderne et un des sages dirigeants africains, le président moudjahid Ahmed Ben Bella nous a quittés mercredi , puisse Dieu Le Tout puissant l’accueillir en Son vaste paradis aux cotés de ceux qu’Il a comblés de Ses bienfaits et entourés de Sa grâce éternelle », a écrit le président de la République dans un message de condoléances adressé à la famille du défunt. Le nom du défunt demeurera étroitement lié à l’histoire du Mouvement national, de la glorieuse guerre de libération et de l’édification de l’Etat algérien moderne qu’il a marquée de son empreinte par ses actions et son apport depuis qu’il fut à la tête de l’organisation spéciale du Mouvement pour le triomphe des libertés et de la démocratie (MTLD) .Le long parcours de militant du défunt était jonché de ténébreuses années d’emprisonnement durant lesquelles il a eu à subir les affres de la torture et la douleur de l’exil, des maux qui n’ont pu avoir raison de sa détermination à aller de l’avant et de son attachement au droit de son peuple à la liberté et au recouvrement de sa souveraineté .Ahmed Ben Bella « faisait partie des militants de la première heure qui ont planifié les différentes étapes de la guerre de libération et ont en porté le flambeau en Algérie et à l’étranger jusqu’à ce que le colonisateur intercepte, dans une opération de piraterie inédite, l’avion qui le transportait avec un groupe de dirigeants un 22 octobre 1956.Il fut à nouveau emprisonné et fit preuve d’une bravoure hors pair en contribuant à partir de sa geôle à la gestion des affaires de la Révolution de novembre aux cotés de ses compagnons d’armes à l’Armée et au Front de libération nationale et, ensuite, dans le cadre du Gouvernement provisoire », a encore écrit le Chef de l’Etat. « Autant de sacrifices et de don de soi qui ont valu au défunt de prendre les rênes de l’Algérie indépendante. Du summum du militantisme politique au sommet de la lutte armée puis à l’apogée du pouvoir, le parcours du défunt a été jalonné de hauts faits et d’honorables actions jusqu’à sa mort .Le souvenir des hommes de la trempe de Ben Bella dont les actions et les réalisations profitent, telles des épis cultivés à travers le temps, aux générations successives, demeurent gravés dans les mémoires et leur souvenir vivace dans les cœurs .

Un révolutionnaire et homme d’Etat

L’Algérie en deuil
Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante, décédé mercredi à l’âge de 96 ans, a été inhumé hier après-midi au carré des Martyrs du cimetière El-Alia (Alger), en présence du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. De hauts responsables de l’Etat,  des moudjahidine, des personnalités nationales et étrangères. Auparavant, le cortège funèbre était arrivé à El-Alia où le corps du  défunt, drapé de l’emblème national et porté par des éléments de l’Armée nationale populaire (ANP), a été déposé au carré des Martyrs sous un chapiteau érigé pour la circonstance. Après la prière à la mémoire du défunt et l’oraison funèbre prononcée par le ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas, il a été procédé à la  mise sous terre de la dépouille mortelle. M. Abbas a salué le combat et le parcours exemplaires du défunt. Une  figure nationale, un révolutionnaire et homme d’Etat. Dans une ambiance de deuil et de recueillement, des centaines de  citoyens se sont massés le long du passage du cortège funèbre pour saluer  la mémoire de cette figure nationale historique. Le président Bouteflika avait décrété un deuil de huit jours sur l’ensemble du territoire national, suite à l’annoncé du décès de Ben Bella.

Parcours d’un président
Marqué par les massacres du 8 mai 1945 à Sétif notamment, il adhère au Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques et s’engage dans la lutte pour l’indépendance parfois par des actions violentes comme l’attaque de la poste d’Oran en avril 1949. Arrêté en mai 1950, puis condamné à sept ans de prison, il parvient à s’évader en 1952 et à gagner le Caire. En 1954, la révolution contre la présence française éclate en Algérie et Ben Bella figure parmi les neuf chefs dits historiques de cette rébellion menée par le Comité révolutionnaire d'unité et d'action (CRUA). Devenu responsable des relations extérieures du Front de libération nationale (FLN), Ben Bella est à nouveau arrêté après l'interception de son avion par l'armée française en novembre1956. Emprisonné pendant plus de cinq ans, Ben Bella retrouve la liberté en 1962. Il est désigné président du Conseil en septembre, quelques mois après la signature des accords d’Evian qui scelle l’indépendance de l’Algérie. En septembre 1963, il est élu président de l’Algérie indépendante. Renversé en juin 1965 par son ancien allié, Boumédiène, ministre de la Défense, Ben Bella est emprisonné jusqu'à la mort de Boumédiène en 1978. En juillet 1979, une dépêche bref de l'APS indique que «les mesures concernant M. Ben Bella ont été levées». Il est pourtant assigné à résidence à M'Sila. Et il finit par s’exiler, en France puis en Suisse.Fondateur en 1982 du Mouvement pour la démocratie en Algérie (MDA), il revient en Algérie en 1990 et participe en 2009 à la prestation de serment du président Abdelaziz Bouteflika.


Riad
Samedi 14 Avril 2012 - 10:57
Lu 480 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par kaddour le 14/04/2012 18:53
ALLAH YERHAM BABANA AHMED BENBELLA UN HERO ET VRAI MOUDJAHID INSCRIT DANS L'HISTOIRE DE L'ALGERIE ET ETAIT PARMI LES 9 CHEFS HISTORIQUES ARTISANS DE NOTRE INDEPENDANCE.ET CEUX QUI NE FIGURENT MEME PAS DANS LA LISTE DES COLONISATEURS SABOUHA WAJDA ET CE SONT EUX QUI NOUS RAVAGENT ET VEULENT NOUS RENDRE INDIGENES.LE COUP D'ETAT DU 19 JUIN 1965 A ETE FATAL POUR L'ALGERIE TOUTE ENTIERE SOUS PRETEXTE DE REFORME ....ET L'HISTOIRE DE REFORME RECOMMENCE.
MA PAROLE ON NOUS PREND POUR QUI?

2.Posté par £££££££££££££££££ BELMADI €€€€€€€€€€€€€€€€€ le 16/04/2012 17:43

@@@....CONNAISSEZ-VOUS LA CELEBRE DEVISE BIEN DE CHEZ NOUS ? " VIVANT , ON LUI A REFUSé LA MOINDRE DATTE , UNE FOIS MORT , ON LUI A OFFERT TOUT UN PALMIER DATTIER..." JE TE LAISSE COGITER LA-DESSUS ...PEUPLE INGRAT ET MESQUIN.....

3.Posté par £££££££££££££££££ BELMADI €€€€€€€€€€€€€€€€€ le 17/04/2012 10:22

SALUT KADDOUR !!! JE VAIS TENTER DE REPONDRE A TA QUESTION .....ON VOUS PREND TOUT SIMPLEMENT POUR CE QUE VOUS ETES REELLEMENT .... CAD DES DINDONS ET DES PLOUCS.....VOUS ET VOS MOUKERES , VOUS N'AVEZ PAS CESSE D'APPLAUDIR ET DE FAIRE LA DANSE DU VENTRE ET , CE , DEPUIS LE 5 JUILLET 1962 , JOUR DE LA NEKBA.....
UN DICTON : " ON NE PEUT PAS S'ELEVER AVEC LES AIGLES QUAND ON EST ENTOURES DE...DINDONS..."...LES ALGERIENS , UN MEDDAH LES REUNIT ET UN FLIC DE M............LES DISPERSE..........

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+