REFLEXION

L’Algérie des uns et non des autres

Il ne se passe pas un jour, qu’on n’ait pas vent d’une information faisant état de mauvaise gestion, de dilapidation de deniers publics ou tout simplement, de milliards de dinars volatilisés comme par enchantement.



L’Algérie des uns et non des autres
Après les scandales récurrents des banques, BNA, BADR, BDL, viennent les entreprises publiques, et pas des moindres, Arcelor-Mittal, pour ne citer que celle-là, les collectivités locales, les établissements hospitaliers, Algérie-Poste, même l’université n’a pas échappée à cette vague de corruption et de dilapidation de deniers publics qui semble emporter tout le monde sur son passage. La dernière en date est la compagnie nationale algérienne de navigation (CNAN), actuellement sous le coup d’une enquête menée par les inspecteurs de l’IGF et de la gendarmerie nationale. Les enquêteurs ont été dépêchés pour passer au peigne fin la gestion du groupe Cnan et ses filiales, de graves anomalies de gestion ont été constatées, ce sont des montants faramineux en devise étrangère qui sont en jeux. Aux dernières nouvelles, le Président-Directeur Général, à peine deux mois après son installation, vient d’être relevé de ses fonctions. Alors y-a-t-il quelqu’un capable de nous expliquer ce qui se passe dans cette Algérie, qu’on arrive plus à reconnaître, ce pays, où ses propres enfants se sentent dépaysés ? L’Algérie, si immense par ses plaines, par ses richesses, par son histoire, devient comme par un coup de baguette magique, un pays si petit, si indésirable, si fuyant et si horrible… Pourquoi ? Et comment en est-on arrivé là ? Aucune décence, aucun respect, tout est bafoué volontairement, il n’existe dans ce pays ni valeurs républicaines, ni déontologie, ni éducation, bref, aucune règle, élémentaire soit-elle, régissant le minimum possible, rien ! Ce pays est devenu le fief, du terrorisme, de la maffia politico-financière, de la corruption qui a gangréné tous les échelons de la société, un pays à risque tout cours. Des leaders politiques qui se prennent pour les messies du 21° siècle, alors que toutes leurs interventions sont basées que sur des mensonges, des ministres qui n’ont aucune vision des choses, préférant accomplir leurs missions respectives au jour le jour, des gestionnaires voulant s’enrichir à la vitesse du TGV, oubliant complètement qu’ils sont au service du contribuable, des hôpitaux dont l’état piteux donne la nausée, un manque de conscience professionnel flagrant, et ça n’en finit plus. Ce n’est peut-être pas le montant du préjudice qui préoccupe pour l’instant, mais le nombre élevé des détournements, l’ampleur qu’a prise ce phénomène est telle qu’aucune mesure efficace n’est venue mettre un terme à cela. Rien ne va plus ! La roue Algérie ne sourit parait-il qu’à ceux- là, au diable les autres.

. .
Mercredi 22 Juillet 2009 - 22:32
Lu 424 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+