REFLEXION

L’Algérie acteur majeur pour la stabilité de la région euro-méditerranéenne et africaine

La politique européenne de voisinage , grâce à leur dialogue productif, conforte le rôle majeur que peut jouer l’Algérie dans la stabilité tant euro-méditerranéenne qu’africaine, analyse développée par ailleurs au niveau international dans plusieurs de mes contributions et conférences (1)



1.-L’Union européenne il s’agira pour l’Algérie, garant de sa stabilité de la  région,  d’encourager le développement des libertés dans tous les domaines politique, économique, social et culturel  donc  de mettre en place les mécanismes   de l’Etat de Droit et de la démocratisation au niveau interne afin de réaliser un développement durable pour sa population. Sur la situation politique internationale, l'Algérie est  invitée par l’union européenne  à devenir membre des Conventions ouvertes aux pays tiers,  l’encourageant à entamer un dialogue bilatéral  sur  la migration légale et la mobilité, le trafic des migrants, la réadmission, le retour volontaire, la coopération régionale pour la gestion des frontières, le traitement des flux mixtes de migrants et la protection internationale de ceux qui en ont besoin, l'amélioration de la contribution des citoyens algériens résidant en Europe au développement de l'Algérie. Sur le dérèglement climatique, objet de la  conférence internationale qui s’est tenue à Paris ( COP21)?  défi crucial pour la zone Méditerranée et l'Afrique, l'UE note avec satisfaction  que la partie  algérienne a soumis   des données utiles sur le dérèglement climatique la concernant (INDC) ainsi qu’un  plan national sur le climat,  affirmant  sa  disponibilité à accompagner l'Algérie. C'est dans  ce cadre que  face à l'épuisement de ses ressources  et disposant d'importantes potentialités, la mini-réunion du conseil des Ministres du 22 février 2016  a retenu pour l'Algérie  que dorénavant le développement des énergies renouvelables  constitue  un objectif stratégique.
 2.-Concernant la coopération dans les domaines sécuritaire et judiciaire,  jugée « essentielle » par l'UE qui souhaite établir avec l'Algérie un « dialogue ciblé et approfondi » pour une  lutte contre le terrorisme, note positivement l'engagement de l'Algérie dans le processus de révision de la Politique européenne de voisinage (PEV) et prend note du document informel ('non-paper') élaboré à Alger, tout en suivant   avec intérêt les dialogues que l'Algérie maintient aussi avec l'OTAN et l'OSCE. Elle   salue le rôle constructif que l'Algérie joue au sein de l'Union africaine en matière de paix et sécurité. Comme l'UE soutient et encourage l'implication de l'Algérie dans les instances de concertation euro-méditerranéennes, notamment  le dialogue 5 + 5 avec l'Union du Maghreb Arabe (UMA). Partageant la préoccupation   de l’Algérie  des menaces qui sévissent dans la région notamment au Sahel,  l’UE tient à saluer  tout en soutenant pleinement la médiation de l'Algérie et ses efforts en vue de trouver une issue à la crise actuelle au Mali , passant par  le développement dans la région  et  une coopération internationale étroite dans les domaines visés par le nouveau plan d'action régional pour le Sahel . Cela vaut aussi dans le cas de la Libye où  L'UE  salue les initiatives diplomatiques entreprises par l'Algérie. Sur le Sahara occidental, l'UE  soutient les efforts du secrétaire général des Nations Unies et de son envoyé personnel en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable et en conformité avec les résolutions du Conseil de sécurité. Rappelons que  le dernier réexamen de la politique européenne de voisinage – PEV- remonte à 2011 et donc,  compte tenu des changements importants qu'ont connus les pays du voisinage depuis cette date, il  a été décidé  de procéder à un réexamen approfondi des hypothèses sur lesquelles repose cette politique, ainsi que de son champ d'application et de la manière dont il convient d'utiliser ses instruments, selon un communiqué de presse de la Commission. A cet effet,  l’UE a lancé une consultation sur l’avenir de la PEV le 05 mars 2015.
 3.-Pour l’Algérie,  l’Europe  doit tenir compte, dans sa politique de voisinage, des atouts de l’Algérie, notamment de l’atout sécurité régionale assurée activement par l’Algérie dans sa lutte anti-terroriste, contre le crime organisé et la pacification de la façade Sahélo-saharienne à travers différentes médiations mais également de ses atouts économiques notamment par l’approvisionnement de l’Europe en gaz depuis plusieurs décennies  et sur une base strictement commerciale. Dans l’optique algérienne, la  promotion de la circulation des personnes, des idées et la protection des ressortissants des pays tiers légalement établis dans l’UE, doivent être pris en compte dans la nouvelle PEV afin de contribuer à la réalisation des priorités algériennes  relatives à la diversification économique synonyme de promotion des exportations hors hydrocarbures, à la sécurité alimentaire, au renforcement des capacités humaines, institutionnelles et de gouvernance politique, économique et sociale. Toute la coopération Algérie/Europe  tant verticale qu’horizontale  devra se fonder sur la base d’un partenariat gagnant/gagnant, pour une prospérité partagée loin de tout esprit  de domination.  L’Algérie dans sa coopération avec l’Europe présente trois principaux avantages comparatifs à savoir, sa contribution effective sur fonds propres au processus complexe et coûteux de pacification et de sécurisation de la bande Sahélo-saharienne dont tirent profit les voisins européens en termes de lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la migration illégale, sans oublier les impacts économiques, C’est dans ce cadre  que l’Algérie a  décidé de participer à la PEV, initiée en 2004,  et révisé  en 2009 avec des propositions concrètes au cours duquel elle a contribué avec des propositions reprises dans le « livre vert » de la commission européenne du 4 mars 2015 telles que les principes de souplesse, de flexibilité et d’appropriation, en tant que fondement de la nouvelle PEV.
 4. Selon certaines informations erronées voulant isoler l’Algérie de l’arène internationale,   avec des conséquences tant politiques qu’économiques désastreuses pour l’Algérie, concernant les franchises, allant jusqu’à affirmer la rupture de l’Accord d’association,  l'ambassadeur algérien à Bruxelles, Ammar Belani, a précisé à EUROPE que la lecture faite du document émanant des douanes est « totalement erronée.  Ce sont d'anciennes attestations d'importation en franchise de ciment, rond à béton et de véhicules automobiles, qui sont devenues caduques compte tenu de l'introduction du nouveau régime juridique relatif aux licences d'importation ». Ce serait,  une simple correction pour être en phase avec le nouveau dispositif réglementaire et selon l’ambassadeur  « il n'est nullement question de l'annulation de l'accord d'association ou de la suspension des accords douaniers » comme cela a été rapporté « abusivement » par la presse. L'Algérie serait, au contraire, plutôt bien engagée dans le cadre de coopération qu'offre la politique de voisinage révisée (EUROPE 11443) depuis que cette dernière n'oblige plus à établir un plan d'action, jugé contraignant par Alger, en plus de la levée de la conditionnalité politique. Le dialogue sur l'énergie, axe principal de cette coopération, serait en bonne voie et une rencontre sur le commerce du gaz est déjà programmée dans le courant du mois de mars prochain.
  5.-En résumé, face à un monde en perpétuel mouvement, tant en matière de politique étrangère, économique que de défense, actions liées, avec les derniers événements au Sahel, aux frontières de l’Algérie, ce qui se passe en Libye, se posent l’urgence des stratégies d’adaptation et d’une coordination, internationale et régionale afin d’agir efficacement sur les événements majeurs. Ces nouveaux défis pour l’Algérie dépassent en importance et en ampleur les défis qu’elle a eu à relever jusqu’à présent. Interpellée et sollicitée, l’Algérie s’interroge légitimement sur le rôle, la place ou l’intérêt que telle option ou tel cadre lui réserve ou lui offre, qu’il s’agisse du dialogue méditerranéen de l’Otan ou du partenariat euro- méditerranéen, dans sa dimension tant économique que sécuritaire. L’adaptation étant la clef de la survie et le pragmatisme un outil éminemment moderne de gestion des relations avec autrui, l’Algérie dont son devenir est dans l’espace euro-méditerranéen et africain   doit faire que celui que commandent la raison et ses intérêts.  
NB:-Professeur des Universités, expert International, Dr Abderrahmane MEBTOUL  en collaboration avec Fathi B'CHIR journaliste  de Copyright Agence  Europe (Bruxelles)
(1) Etude du professeur Abderrahmane Mebtoul, parue à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI Paris France)» la coopération Maghreb Europe face aux enjeux géostratégiques» (novembre 2011)- chapitre III- «la stratégie de l’union européenne  et de l’OTAN face aux  tensions géostratégiques en Méditerranée»

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Mardi 1 Mars 2016 - 18:50
Lu 529 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+