REFLEXION

L’AUTRE BUREAUCRATIE DE LA CNAS :Les occupants réclament la cession des logements de fonction

30 ans après le désistement décidé par l’Etat au sujet des logements de fonction, les fonctionnaires et les retraités de la CNAS comme ceux des cités 49 et 12 logements dans la wilaya de Mostaganem, attendent toujours que cet organisme applique la loi.



L’AUTRE BUREAUCRATIE DE LA CNAS :Les occupants réclament la cession des logements de fonction
Les concernés ne demandent pas une faveur encore moins une charité. Ils souhaitent que leur doléance soit entendue par les hautes autorités puisque les pouvoirs de la CNAS ne répondent point à leur courrier au sujet de la cessation de leurs logements de fonction. Procédure qui pourtant a été décidée par l’Etat en 1984. Ce décret sera confirmé par d’autres prescriptions au cours des années 80. Puis, pour le cas de la Casoran, est venue encore une autre instruction, dans le même contexte, signée de la main du ministre Mohamed Salah Mentouri à l’adresse du directeur national de la CNAS en date du 1er Octobre 1991. « Plus aucune raison ne s’oppose à l’achèvement de l’opération de cession de ces logements », écrivit-il, avant de conclure son instruction par cette phrase : « En conséquence je vous demande de prendre dans les meilleurs délais toutes dispositions nécessaires pour permettre aux locataires de poursuivre la procédure en vue de l’acquisition de ces logements. J’attache du prix à l’exécution urgente de la présente instruction ». Mais comme il y a toujours un mais qui se place dans ce pays quand il s’agit des affaires citoyennes, ni le décret signé par le Président de la République, ni les instructions du Ministère de tutelle n’ont trouvé effet puisque restant jusqu’à présent, une simple lettre morte. C’est dans ce contexte, que les résidents des deux cités CNAS de Mostaganem et de Sidi-Ali s’adressent de nouveau à messieurs Le premier ministre, le ministre du travail et de la sécurité, ainsi  qu’au président du conseil national d’administration de la CNAS. « Notre malheur dure depuis 30 ans. Car nous sommes lésés depuis 1984, malgré les directives fermes et précises de l’ex défunt Med Mentouri qui a donné le feu vert pour l’opération de désistement en 1991, au même titre que Mr Belkhadem en 2006. Or, comme nous continuons d’être ignorés, l’on se demande à chaque instant si nous sommes différents des autres Algériens comme ceux de la CRAM qui en dépit de l’emplacement de leur logements dans l’enceinte même de l’administration,  ont bénéficié de la cession en 1992. C’est vraiment étrange quand on voit  que le conseil national d’administration du conseil de la CNAS n’a pas bougé le petit doigt pour faire de même. Et dire que nous disposons des contrats de location et non de logements de fonction. Car nous payons le loyer depuis 1984 à ce jour, plus les charges de la femme de ménage, la peinture et tous les autres frais », Ajoutant un peu loin, « nous pensons que ces logements sont déjà amortis par le loyer que nous payons depuis 30 ans ».

Ilies Benabdeslam
Dimanche 7 Octobre 2012 - 23:00
Lu 1329 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+