REFLEXION

L’AUTEUR DU CRIME DE MOSTAGANEM A VOULU COUVRIR LE VIOL COMMIS PAR SON FILS : Le bourreau de Nadia était une voisine

Le crime de Kaddous El Meddah vient d’être élucidé, par les éléments de la police judiciaire de la sûreté de Mostaganem. L’auteur du crime n’est autre que la voisine d’à côté qui a étranglé sauvagement la petite fille après l’avoir rouée de coups. Les raisons de l’assassinat de la petite Nadia âgée d’à peine de 2 ans c’était de cacher l’acte immonde que le fils de la meurtrière, âgé de 9 ans, avait commis sur elle.



L’AUTEUR DU CRIME DE MOSTAGANEM A VOULU COUVRIR LE VIOL COMMIS PAR SON FILS : Le bourreau de Nadia était une voisine
Chose inconcevable qu’un voisin tue sauvagement une petite gamine, qui n’est autre que la fille des voisins. Les faits de cette affaire, qui a ébranlé toute la wilaya de Mostaganem, sont malheureusement réels. Le meurtrier de la petite Nadia a été identifié, après d’intenses recherches menées par la police scientifique. En effet, le meurtrier de Nadia n’est autre que la voisine d’à côté, la dénommée B.N, âgée de 34 ans, repris de justice qui a surpris son fils, un mineur âgé de 9 ans jeudi après-midi, en train d’abuser sexuellement de la petite  Nadia. Lorsque la mère  a vu cette scène,  elle a paniqué  devant cet acte immonde, et sans aucune pitié a délibérément tordu le  cou de ce petit ange  après l’avoir  rouée de coups et malmenée. Après cet acte abject, la meurtrière cacha le cadavre de la petite sous le lit. Pendant ce temps-là, les habitants du quartier ont déclenché une vaste opération de recherche. La criminelle apeurée a attendu la matinée de vendredi, une journée de repos où tout le monde reste cloitré chez soi surtout en cette période de ramadhan, pour jeter le corps sans vie de la fillette devant le seuil de la maison parentale. La mère criminelle par ce geste désespéré a tenté de cacher cet  acte inacceptable et crapuleux et sauver son fils. Les éléments de l’enquête ont dévoilé que la fillette a été agressée sexuellement et les traces de l’agression, selon le médecin légiste d’Oran, étaient visibles. Cette femme meurtrière habite le même « Haouche » que les parents de la victime. Un destin tragique pour une fillette qui n’a commis aucun crime, mais qui voulait juste jouer dehors, mais les griffes de la mort l’ont emporté. Pour les familles inquiètes, il ne s’agit guère d’un kidnapping commis par un  malfaiteur mais d’un crime odieux. Cependant, le phénomène des attentats à la pudeur ne cesse de prendre de l'ampleur dans notre société en l'absence de prise en charge et de peines répressives contre ce genre de criminels, et la police seule ne peut rien  faire si le citoyen ne collabore  pas ,en  informant et dénonçant tout acte ou délit pouvant nuire à la société pour cela  il suffit de composer le numéro vert «1548».

Bouziane Kamel
Dimanche 28 Juillet 2013 - 16:47
Lu 4685 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+