REFLEXION

L’ARRACHAGE DES CABLES TELEPHONIQUES CONTINUE : Oran en troisième position à l’échelle nationale



L’ARRACHAGE DES CABLES TELEPHONIQUES CONTINUE : Oran en troisième position à l’échelle nationale
Depuis longtemps, on apprend très souvent, que le téléphone fixe arrête de sonner, ou le courant est interrompu dans différentes localités en raison de l’arrachage des câbles d’alimentation, provoqué par des bandes de malfrats. Dernièrement, ce fut les abonnés d’Algérie Télécom de la localité d’El Mohgoun qui ont été isolés pendant plusieurs jours, suite à un vol de câbles téléphoniques commis de nuit sur un tronçon éloigné de la ville. La quasi-totalité des abonnés de la localité d’El Mohgoun est restée isolée des communes avoisinantes. Des milliers d’abonnés de la wilaya d’Oran, notamment dans les localités périphériques, sont pénalisés par la razzia à laquelle se livrent des bandes de malfaiteurs très bien organisées et qui ont leurs receleurs bien installés, à qui ils revendent pour 120 à 150 DA le kg de cuivre qu’ils extraient des gaines des câbles qu’ils pillent. Tous les équipements à base de cuivre sont convoités par ces bandes (câbles électriques et téléphoniques, compteurs d’eau, canalisations…). De nombreux équipements nouvellement installés ont été cambriolés aussitôt après leur mise en place. La tonne de cuivre coûte sur le marché 500.000 dinars. Parmi les ouvrages d’AT les plus touchés par cette mafia du cuivre, il y a les câbles de distribution aérien et souterrain, une véritable saignée pour l’entreprise de télécommunication. Rien n’est épargné. Ni les câbles tous diamètres ni les néoprènes d’abonnés. Chaque jour, depuis plusieurs années, ces équipements en cuivre sont convoités par les réseaux mafieux. La wilaya d’Oran détient d’ailleurs le triste record en matière de vol de câbles téléphoniques. Elle est classée première au niveau du territoire national devançant Annaba et Alger. Les pertes de l’opérateur public de télécommunication causées par les vols des câbles téléphoniques se chiffrent en milliards de centimes. Rien que pour les neuf premiers mois de l’année 2010, les services techniques d’Algérie Télécom ont recensé des pertes de plus de 33 millions de dinars. L’opérateur public de télécommunication a été victime de vols d’une dizaine de kilomètres linéaires de câbles. Une cinquantaine de vols ont été enregistrés en l’espace de quelques mois dans de nombreuses localités de la wilaya notamment à Aïn El Beïda, Es Sénia et Haï Nedjma. Malgré le démantèlement par les services de sécurité de plusieurs filières versées dans le trafic illégal de câbles de cuivre, le vol de ce produit prospère à Oran. Le phénomène du vol de câbles téléphoniques ou électriques porte un grand préjudice à l’économie nationale. Les vols sont l’œuvre d’un réseau bien organisé, allant de l’exécutant en passant par les intermédiaires à l’exportateur. Outre les pertes matérielles enregistrées chez AT et SONELGAZ, ce phénomène a été marqué, ces dernières années, par la mort de plusieurs ramasseurs «voleurs» et récupérateurs de déchets. Ce sont souvent les enfants engagés par ces réseaux de vol qui sont régulièrement exposés au danger. Il est à rappeler que les exportations du cuivre avaient été définitivement suspendues à l’établissement portuaire d’Oran en 2010 pour contenir le phénomène de vols des câbles téléphoniques et électriques. Cette mesure a été prise par les pouvoirs publics dans le cadre du durcissement des conditions d’exportations des déchets ferreux et non ferreux.

A.SALIM
Samedi 26 Février 2011 - 23:01
Lu 908 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+