REFLEXION

L’ APRES GNL 16 : L’Algérie doit se préparer à l’apres-pétrole



L’ APRES  GNL 16 : L’Algérie doit se préparer à l’apres-pétrole
Certainement, riche en pétrole et en gaz naturel, l’Algérie songe désormais à ménager ces deux ressources qui sont à la base de son développement. Ses responsables pensent qu’il est temps de ne plus compter exclusivement sur les hydrocarbures et de promouvoir de nouvelles formes d’énergie.Selon des économistes Algériens, Nous devrons commencer à nous préoccuper sérieusement de notre avenir énergétique qui, jusqu’à maintenant, ne semblait pas poser de problèmes. Déjà, le Président Abdelaziz Bouteflika, a défini les grandes orientations d’une nouvelle politique en la matière et jeté les bases d’un plan à long terme concernant l’énergie.A l’origine de cet ensemble de décisions, une constatation : Les réserves de pétrole et de gaz, véritables moteurs de l’économie algérienne, ne sont pas inépuisables. La Sonatrach, l’entreprise d’Etat qui détient le monopole des hydrocarbures, suit les événements de prèsJuste après le scandale Sonatrach, et en parallèle aux investigations entamées par le Département du Renseignement et Sécurité, le Président de la République, a pris le dossier en main et décidé des réformes importantes dans le domaine de la gestion de cette entreprise géante qui est la Sonatrach. De même le DRS a été orienté aussi à enquêter en dehors du pays, au niveau de toutes les représentations SH à l’étranger. Mais le premier magistrat du pays ne semblait pas surpris par le dernier scandale, il parait que depuis un certain temps que les responsables mises en cause étaient sous surveillance. Même au niveau de la magistrature, une sélection est entamée pour éplucher profondément cet épineux dossier qui comprend déjà des centaines de pages. Un volume qui va préoccuper les juges d’instruction, durant cet été. Véritable « Emirat africain ». L’Algérie s’est enrichi grâce au pétrole et au gaz nature Bien que l »Agriculture qui devrait jouer un très grand rôle prépondérant dans l’auto suffisance et aussi l’exportation, malheureusement sacrifiée dès le pays a vu ses recettes pétrolières grimper dans des propositions spectaculaires, fait à nouveau l’objet des préoccupations des autorités économiques. Les multiples structurations et restructurations et les attributions de terre à des gens qui n’ont rien à voir avec l’agriculture ont pénalisés le développement de ce secteur. Mais lorsque l’on peut injecter les revenus de pétrole et du gaz dans un pays de 30 millions d’habitants, on mérite l’appellation « d’Eldorado africain » Alors. Il faut dire que l’économie du pays dispose d’un allié de taille : les gisements de pétrole récemment découverts doivent lui permettre d’arriver à l’autosuffisance complète.Cela explique aussi que les financiers et économistes internationaux maintiennent toute leur confiance à l’Algérie, malgré la polémique qui a touchée la haute sphère de la Sonatrach.

Ben Brik
Mardi 4 Mai 2010 - 11:42
Lu 459 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+