REFLEXION

L’APC DE TIARET BAT LE RECORD DE L’INSTABILITE : Un maire chaque 52 jours

Tiaret souffre d’un mal chronique qui est devenu un véritable Virus depuis 2003, celui de l’instabilité de son exécutif communa. En effet, depuis presque une dizaine d’année, le retrait de confiance conjugué aux arrestations et autres sont devenus une marque déposée au sein de l’Apc de Tiaret.



L’APC DE TIARET BAT LE RECORD DE L’INSTABILITE : Un maire chaque 52 jours
Alors que son mandat a été interrompu à la suite de l ’éclatement de l’affaire de détournement qui a éclaboussé  l’ex-chef de daïra de Tiaret et les 16 membres de l’exécutif, les habitants de la ville des rostomides s’attachent toujours à leur ancien maire, Omar Bekki, à qui ils ont donné vainement leurs voix lors des dernières élections municipales. Etant tête de liste en 2007 et ayant largement triomphé sur les autres candidats permettant, par là même, de hisser le RND à la tête de l’APC de Tiaret, Omar Bekki sera, à son corps défendant, arrêté et mis sous mandat de dépôt.  Par ailleurs, à l’intérieur des bureaux feutrés de l’APC, l’ambiance était à la joie et les élus savouraient leur victoire d’avoir fait « tomber » le recordman des mandats de maire, par la même occasion en plébiscitant son proche adjoint, qui sera installé en grande pompe à son poste de maire. Cependant, son règne sera interrompu quelques jours après. Entaché d’une mise sous contrôle judiciaire, ses paires décident de lui retirer leur confiance. La population de Tiaret espère, avoir un maire digne de son statut, celle d’une ville qui aspire à un développement tout azimut. La tutelle décide de faire confiance à un autre élu qui n’est autre que Kadari Khaled cadre à la cnr de Tiaret, et ce après avoir « usé » de tous son poids pour remettre les pendule a l’heure au sein d’une assemblé qui reste secoué par des scandales et autres. Après tous ces remous, la population n’a pas perdu espoir de revoir « quelqu’un » de capable reprendre les rênes de l’APC de Tiaret. Que non une fois encore ? Fraîchement installé, l’actuel maire a tout l’air de gérer avec circonspection les affaires de son APC, par crainte de faire les frais comme ses prédécesseurs. Est-ce là une malédiction du  saint patron sidi-khaled ou une justice immanente ? Une affaire à méditer ?

Maloufi Mahdi
Dimanche 21 Mars 2010 - 23:01
Lu 927 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+