REFLEXION

L’ALGERIE, LE 19 MARS 1962 : Un cessez-le feu et une victoire incontestable

Le 19 mars 1962, les accords d'Evian ont été signés par la France et l’Algérie représentée du côté algérien, par le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne), marquant ainsi un cessez-le feu définitif, mettant fin à la guerre entre les soldats des deux camps. C’est en cette journée mémorable, qu’il a été mis fin à 132 ans de colonisation, dont huit ans d’une ultime résurrection révolutionnaire du peuple, se soldant par des massacres, des tueries… perpétrés sur les algériens…, au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité à la française trahies.



Le cessez-le-feu signé le 19 mars 1962, annonce évidemment la fête de la victoire et la fin d'une guerre qui a fait plus de 1,5 million de morts côté algérien. Pour les algériens, il  représente la fin des hostilités agressives de l’ennemi après l’ultime résurrection révolutionnaire (1954-1962) de tout le peuple algérien qui a duré presque huit années de massacre, de misère, de tuerie, …, commis par les français de l’époque, laissant derrière eux un triste bilan sans équivalent dans l'Histoire des colonisations à travers le monde. Mais la réalité est là, car la victoire a été remportée grâce à la ténacité et la lutte d’une révolution menée par tout un peuple qui a toujours refusé l’ingérence et la soumission en dépit de tous les crimes et misères subies, ce qui a fait de lui un symbole et un exemple pour tous les peuples soifs de liberté.

Fin du colonialisme et naissance de l’OAS  
Le cessez-le-feu représente également une paix signée et légitime après cette longue présence de cet ennemi indésirable qui a commis les pires exactions depuis son intrusion en Algérie, où les combats pour le chasser n’ont pratiquement jamais cessé. Rappelons-nous de l’Emir Abdelkader, d’El Mokrani, de Boubeghla, de tous les autres qui ont mené une lutte acharnée et sans merci contre l’occupant qui non seulement, volait nos terres, nos biens…, et aussi nous humiliait. Pour les combattants algériens, même une défaite pour eux était une victoire gagnée sur cet ennemi ‘’puissant’’. Les mois qui suivirent l’accord, les algériens  n’ont pas connu d’apaisement pour cause, l’OAS, cette ‘’ organisation d’assassins sanguinaires’’, ainsi que les différentes factions racistes et terroristes dirigées par les commanditaires français de l’ombre (Salan et consorts), ‘’meurtris’’ par une telle victoire des algériens, commirent les pires massacres inimaginables, exactions,  attentats, escarmouches, sur le peuple algérien dupé et trahi, achevant le travail macabre interrompu par le cessez-le-feu.

Une victoire incontestable
Pour tous les algériens, la signature des accords d’Evian est un anniversaire qui évoque la mémoire trahie, également pour rappeler au monde entier le non-respect de l'individu et la violation des droits de l’homme par la France, cette mère des libertés de l’époque. Certains politiques français et pieds noirs n’ont jamais accepté ni digéré, le fait que l’Algérie soit récupérée par les siens. Ces derniers, tout en sachant pertinemment que le pays est algérien, qu’il est colonisé et que son peuple est martyrisé, trouvent le moyen de dérouter et détourner l’histoire. Ils ne se gênent pas de spéculer sur une guerre gagnée d’avance par un peuple opprimé, accusé de rébellion de terrorisme, alors que le vrai terroriste est décrit comme une victime. Les véritables français pacifiques quant à eux, ils ont toujours dénoncé cette guerre qui a fait des victimes des deux côtés de la méditerranée. Les jours qui suivirent le cessez-le-feu, ont été un véritable enfer pour les algériens qui ont payé de leur vie cette interruption de la guerre, cette victoire gagnée. Mais, cette façon d’écrire leur histoire à eux ne dupe personne ni à l’époque des faits, ni aujourd’hui, 55 ans après la signature de l’accord du cessez-le-feu, à quelques mois seulement de la naissance de la liberté, le 5 juillet 1962.

Exécutions ‘Au nom de la liberté, de l’égalité et de la fraternité ‘’  trahies
Sur le plan diplomatique et également militaire, la défaite française en Algérie est incontestable, en effet le gouvernement français avait compris très tard qu’il n’y avait aucune issue de sortie, ni l’espoir de reconquérir l’Algérie perdue à jamais, défendue par les algériens soifs de liberté bravant la mort, les tortures etc…. Pourtant, 55 ans après, rares, sont ceux qui reconnaissent l’échec de la France, cette grande puissance avec toute son artillerie moderne lourde semant la mort et le sang, face à des hommes et femmes armés de moyens de fortunes, sinon de rien, déterminés à recouvrir leur liberté volée quel que soient les conséquences. Les spéculations continuent sur une réalité pourtant palpable et concrète, dont l’histoire ne cesse de relater, les multiples victoires remportées par les algériens et les défaites de la France avec sa façon machiavélique d’assassiner, de torturer lâchement.  Les historiens sincères et crédibles pour leur part ne cessent de narrer ‘’les coulisses’’ secrètes de la guerre d’Algérie, condamnant unanimement les pires atrocités comparables à celle des nazis commises sur les juifs et également sur le peuple français lors de la deuxième guerre mondiale. Rappelons-nous les représailles lâches du gouvernement français de l’époque à l’égard des citoyens algériens désarmés le 8 mai 1945, à  Sétif, Guelma et Kherrata, en Algérie, faisant des dizaines de milliers de morts parmi les algériens venus simplement rendre hommage aux leurs, tombés durant cette seconde guerre mondiale provoquée par le fou furieux ‘’Hitler’’. C’était une façon à eux de fêter la libération de leur France chérie des années 1940. Les jeunes générations montantes qu’elles soient algériennes, françaises, ou autres, ont le droit et le devoir de connaitre la vérité, ce qui se cachait vraiment derrière les complots dramatiques qui portaient atteinte non seulement au principe de la ‘’Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité’’ mais aussi portaient un coup sévère au droit des autres de disposer de leur souveraineté dans toute sa légitimité. Tout au long de la présence française en Algérie, les tromperies et les hypocrisies ont été démasquées, qui se sont avérées ‘’ colonialistes et impérialistes’’ d’une France criminelle de l’époque. Les criminels machiavéliques, avaient leur façon de faire, héritant plus tard de ‘’l’holocausterie’’ nazie ‘’hitlérienne’’, ce qu’il y a de plus mauvais et de plus abject. La lâcheté maladive , haineuse et  sans égal  dont ils ont fait preuve contre des êtres humains traités comme des moins que  rien ,par ce colonisateur français, a conduit ,aveuglément et sans discernement, à des meurtres, des assassinats, des exécutions, des tueries, des dépassements, des agressions physiques et morales sur des algériens désarmés sans défense. Cette 55ème commémoration qui suit les précédentes s’inscrit dans une démarche de reconnaissance, de souvenirs, de recueillements à la mémoire de ceux et celles qui sont morts pour une cause juste, pour que vive l’Algérie algérienne libre. Un hommage solennel est aussi rendu  aux moudjahidine et à tout le peuple algérien qui n’a jamais accepté d’être l’esclave de quelque nation que ce soit, sans oublier  tous les algériens et algériennes qui ont combattu et même payé de leurs vies cette liberté si chère arrachée au prix du sang pour que vivent les algériens  dans la dignité et l’honneur .Vive l’Algérie algérienne et gloire à nos chouhada. 

Benyahia Adda
Samedi 18 Mars 2017 - 17:41
Lu 1913 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 25-11-2017.pdf
3.92 Mo - 24/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+