REFLEXION

L’ALGERIE ENCERCLEE PAR L’OTAN !

OBAMA OFFRE A LA TUNISIE LE STATUT D'«ALLIE MAJEUR NON-MEMBRE DE L'OTAN»

L’Algérie qui a retrouvé une stabilité sécuritaire, économique et politique faisant d’elle la première puissance d'Afrique du Nord, la deuxième dans le monde arabe et la 31ème dans le monde, sait qu’elle représente une cible de choix pour les pays ennemis et surtout l’Occident, qui ne tolère aucun désir d’indépendance.



Cette Algérie forte de sa diplomatie, forte de son expérience dans la guerre contre le terrorisme et souveraine n'est pas à l’abri des complots sionistes, qui ont prouvé à maintes reprises leurs tentations de noyer le pays par la drogue et le terrorisme djihadiste qu’ils manipulent au gré de leurs intérêts pour mettre à genoux le pays d’un million et demi de chahid.
Le site,’’ www.partiantisioniste’’, revient sur la question, en publiant une longue analyse sur le poids de l’Algérie dans la région du Maghreb, et le monde Arabe. Un pays incontournable sur la scène internationale, extrêmement important, car c’est le premier exportateur de pétrole au Maghreb, et a en plus un rôle très important de stabilisateur dans les crises politiques qui enflamment la scène politique Maghrébine. Au niveau diplomatique, l’Algérie est également le leader dans la région, elle a un rôle très important face à des dossiers délicats comme le Sahel, la libye, et le Mali. Ce rôle politique est bien evidémment fâcheux pour les pays de l’Otan en pleine crises financières,  qui veulent s’ingérer dans les affaires des pays de l’Afrique du nord pour une colonisation projectée dans le but de gérer les richesses de ses pays.
Selon, www.partiantisioniste, la Tunisie est la nouvelle ambassadrice de l’OTAN. On lui offrant, le statut d'«allié majeur non-membre de l'Otan», alors qu’elle ne représente que le 1/10ème  du poids de l’Afrique du nord. Avec  quelques 6 millions d’habitants, et une petite force militaire, ne survivant que d’une ressource touristique, fragilée par le spectre du terrorisme, la Tunisie est trop loin d’être comparée à l‘Algérie qui compte plus de 40 millions d’habitants et une puissance militaire classée, première au Maghreb, 2ème en Afrique et 31ème dans le monde, si ce n'est que pour provoquer l’Algérie.

Les USA ont franchi la ligne rouge !
En effet, les États-Unis viennent de franchir un nouveau pas dans le renforcement de leur présence au Maghreb en offrant à la Tunisie le statut d'«allié majeur non-membre de l'Otan», lors de la visite du président tunisien Béji Caïd Essebsi à Washington les 20 et 21 Mai derniers. Ce statut est considéré par les spécialistes comme le plus élevé rarement accordé par les États-Unis et réservé jusque-là à une quinzaine d’alliés, dont le Japon, l’Australie, l’Afghanistan ou encore l’Égypte, Bahreïn et le Maroc. Au terme de cet accord, la Tunisie aura accès à une coopération militaire renforcée avec les États-Unis.

L’Algérie face à de nouvelles menaces
Pour l'Algérie, cette évolution de la situation géostratégique au Maghreb n'est certainement pas une bonne nouvelle et il apparaît désormais clair que les forces militaires atlantistes (étatsuniennes et françaises) sont en train de circonscrire le pays. Que ce soit en Tunisie, au Nord Mali ou au Niger, et qu’elles soient françaises ou américaines, les installations militaires se multiplient dans la région, ce qui n’est pas sans inquiéter Alger et qui mettra la région sous les radars de l’OTAN.   
On se souvient des propos du ministre des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, en mars 2014, qui confirmait la présence de parties étrangères voulant mettre l’Algérie à feu et à sang à travers l’avènement d’un "printemps algérien" et ajoutant que ces mêmes parties «avaient ouvert plusieurs fronts près des frontières algériennes depuis la Libye, la Tunisie et le Mali». Le chef de la diplomatie russe accusait directement les instigateurs des bouleversements provoqués délibérément en Tunisie, en Libye et au Mali, de prendre désormais l’Algérie pour cible.
Le danger étant désormais à ses portes, la question est de savoir quelle sera la marge de manœuvre de l’Algérie face aux forces militaires atlantistes à ses frontières.
Devant cette pression, le Parti Anti Sioniste a appelé l’Algérie à ne pas céder devant les pressions militaires exercées par la France/OTAN et les États-Unis tout en dénonçant une nouvelle fois cette tension sur l’Algérie, et en  conseillant aussi  au gouvernement tunisien de ne nouer aucune alliance qui en ferait un sous-traitant de l’empire contre ses frères du Maghreb .

 

Riad
Samedi 30 Mai 2015 - 18:28
Lu 3108 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+