REFLEXION

L’AFFAIRE SONATRACH 2 : Ouverture d’une enquête judiciaire

La justice algérienne attend les conclusions de commissions rogatoires internationales sur l'éventuelle implication de personnalités algériennes dans des faits de corruption liés à des contrats entre le groupe pétrolier Sonatrach et des firmes étrangères, a indiqué jeudi le parquet d'Alger.



L’AFFAIRE SONATRACH 2 : Ouverture d’une  enquête judiciaire
L'information judiciaire ouverte dans le cadre de cette affaire connaîtra, sans nul doute, une cadence accélérée dès réception des résultats des commissions rogatoires internationales par le juge d'instruction et la convocation ou l'émission de mandats de justice à l'encontre de toute personne impliquée sera requise, a affirmé le procureur général d'Alger, Belkacem Zeghmati. Le juge a eu à décerner plusieurs commissions rogatoires internationales à destination des autorités judiciaires suisses, italiennes et émiraties, a-t-il précisé dans un communiqué, cité par l'agence de presse APS.Il a sollicité l'accord des autorités judiciaires italiennes en vue de se déplacer personnellement à Milan dans le but de rencontrer ses collègues italiens en charge du dossier ouvert à leur niveau pour des faits similaires, a-t-il ajouté. Le parquet d'Alger avait ordonné le 10 février l'ouverture d'une enquête sur une éventuelle affaire de corruption liée à des contrats entre le géant énergétique italien Eni et la compagnie pétrolière nationale algérienne, après l'ouverture d'une enquête sur la même affaire par le parquet de Milan.Ce scandale pourrait avoir des prolongements au Canada, touchant également le géant de l'ingénierie SNC Lavalin.M. Zeghmati a indiqué que les informations sur la base desquelles l'action publique a été mise en mouvement provenaient des diverses commissions rogatoires internationales parvenues aux autorités judiciaires algériennes de la part de leurs homologues étrangères. Le juge d'instruction en charge du dossier devait, en premier lieu, s'assurer du bien fondé de ces informations, de leur exactitude et de leur crédibilité, a-t-il précisé.Si l'identité des personnalités algériennes, ministre ou cadres de la Sonatrach, visées dans cette affaire, a été clairement portée à la connaissance de l'opinion publique par les organes d'information nationaux et étrangers, la loi algérienne n'autorise pas l'autorité judiciaire à le faire avant leur inculpation officielle, a encore dit M. Zeghmati.Selon la presse algérienne, plusieurs hauts responsables, dont l'ex-ministre de l'Energie Chakib Khelil, démis de ses fonctions fin mai 2010 après avoir occupé ce poste durant dix ans, sont soupçonnés d'êtres impliqués dans la série de scandales de corruption au sein de la Sonatrach qui ont éclaté en janvier 2010 après le limogeage de son PDG, Mohamed Meziane.
 

Ismain
Samedi 9 Mars 2013 - 08:58
Lu 658 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+