REFLEXION

L’AFFAIRE DES VENTES ILLEGALES DE PSYCHOTROPES : La pharmacienne et le dealer risquent 15 ans de prison

Accusée dans une affaire de trafic de psychotropes, une pharmacienne dont l’officine se situe au niveau de la ville de Tlemcen a comparu jeudi dernier devant le pôle judiciaire spécialisé, d’Oran.



L’AFFAIRE DES VENTES ILLEGALES DE  PSYCHOTROPES : La pharmacienne et le dealer risquent 15 ans de prison
Cette dernière a été dénoncée par un dealer arrêté au niveau de la localité d’El Hassi, alors qu’il était en possession de quatre boîtes de psychotropes. Il expliquera aux enquêteurs qu’il achète sa marchandise chez la pharmacienne citée plus haut. Et d’ajouter que cette dernière avait pour habitude de lui remettre différents comprimés de psychotropes, afin qu’il les lui écoule. Il vendait les boîtes en gros, c’est-à-dire à raison d’une boîte complète et dans d’autres cas, il les revendait aux détails aux jeunes toxicomanes qui s’adonnent aux psychotropes. Ajoutant qu’il était payé parfois en comprimés de psychotropes et ce, suivant le bénéfice réalisé. Arrêtée et interrogée sur les accusations portées à son encontre par le dealer, la pharmacienne réfutera les accusations. Mais voilà que lors de la perquisition effectuée au niveau de son officine, les enquêteurs découvriront un sachet comprenant près de 900 comprimés de psychotropes, avec des bouts de papiers sur lesquels étaient notés des noms fort probablement, ceux des clients auxquels cette marchandise était destinée. Appelée à la barre, la mise en cause maintiendra ses précédentes déclarations, jurant qu’elle est innocente. Concernant le sachet de comprimés saisi à son niveau, elle déclara lors de l’audience, que l’emballage de ces comprimés s’est détérioré et elle a été contrainte de les remettre dans un autre sachet, hormis les bouts de papiers comportant les noms d’éventuels clients. Là aussi, elle donnera une explication toute prête. «Il m’arrive de ne pas reporter sur le registre paraphé les noms des clients ayant acheté ce genre de médicament. Je prends alors des notes sur des bouts de papier que je réécris sur le registre paraphé». De son côté, le dealer maintiendra ses déclarations essayant toutefois d’esquiver certaines questions de la magistrate. Lors de son réquisitoire, le procureur demandera la peine de 15 ans de prison ferme pour les deux prévenus. La défense de la mise en cause composée d’un ténor, plaidera la non- culpabilité de cette dernière mettant en évidence plusieurs failles de l’enquête. Ce qui fera reprendre au Procureur la parole défendant ainsi les éléments sécuritaires qui, dira-t-il, sont là pour protéger le citoyen et représentent l’action publique. L’affaire a été mise en délibération pour la semaine prochaine.

Medjadji.H
Lundi 25 Juillet 2011 - 09:13
Lu 603 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+