REFLEXION

L’AFFAIRE DES 7 MILIARDS DETOURNES A LA BEA : Trois ans de prison requis contre l’ancien directeur

Le représentant du ministère public a requis contre les deux prévenus en l’occurrence T.B et A.A, trois années d’emprisonnement. Les deux accusés étaient poursuivis pour le chef d’inculpation de dilapidation de deniers publics au préjudice de la banque extérieur d’Algérie, agence 104. Le verdict sera rendu par le tribunal le 15 juin 2011.



L’AFFAIRE DES 7 MILIARDS DETOURNES A LA BEA : Trois ans de prison requis contre l’ancien directeur
Dans son audience du mercredi 8 juin, le tribunal correctionnel de Mostaganem, a eu à traiter l’affaire de dilapidation de deniers publics au préjudice de la banque extérieure d’Algérie de Mostaganem, dont étaient poursuivis les prévenus T.B et A.A. Un procès retentissant aux allures des grands scandales financiers, qu’a eu pour théâtre le tribunal de première instance de Mostaganem. Les deux mis appelés à la barre pour répondre des chefs d’accusation dont ils font l’objet, ces derniers ont tenté de minimiser du degré de leur responsabilité, mais le représentant du ministère public, était là pour démontrer de la manière la plus claire, que la responsabilité de ces malversations leur incombait et qu’ils sont tenus pour entièrement responsables aux yeux de la loi. Et dans un réquisitoire magistral, il a mis en exergue tous les arguments juridiques en étayant son réquisitoire sur toutes les étapes qui ont entourées cette affaire, qui a un certain moment défrayé la chronique locale, avant de requérir une peine de 3 ans prison ferme à l’encontre des prévenus. Rappelons par ailleurs que les faits de cette affaire ont été déjà rapportés par Réflexion dans édition du 18 janvier 2011. Les faits remontent à plusieurs mois et le pot-aux-roses a été découvert après le départ de l’ancien directeur, appelé à l’époque à exercer d’autres fonctions dans la wilaya et la nomination d’un nouveau directeur à la tête de l’agence 104 à Mostaganem. Au cours d’une opération de contrôle, le comptable H.C, a découvert que le compte de l’un des clients de la banque, était à découvert, mais bénéficiait de certaines largesses de l’ancien directeur de manière à lui permettre d’effectuer des opérations financières, alors que le compte n’était pas alimenté. C’est ainsi, qu’il a été découvert que plusieurs opérations aux sommes colossales ont été opérées illégalement au profit de cet industriel. Avisé, le nouveau directeur et devant l’ampleur du problème, a immédiatement saisi sa tutelle pour dépêcher une commission d’enquête à l’effet de mettre à jour les tenants et les aboutissants de cette affaire. Aussitôt la direction générale, avait dépêché deux inspecteurs pour prendre le dossier en main. Sur les lieux, tous les faits mentionnés dans le rapport du directeur, étaient vérifiés et confirmés par les deux enquêteurs d’Alger et éventuellement transmis à la tutelle. Sans plus tarder, le président directeur général (PDG) de la B.E.A a ordonné le dépôt d’une plainte à l’encontre de l’ancien directeur et ses éventuels complices. Les premières conclusions de l’enquête menée par la police judiciaire, ont abouti à l’arrestation de l’ancien directeur, qui a été présenté par devant le procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Mostaganem, qui l’a écroué. La direction générale de la banque s’est constituée partie civile dans cette affaire. Le verdict est attendu pour le 15 juin 2011.

MAR
Vendredi 10 Juin 2011 - 10:50
Lu 777 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+