REFLEXION

L'AFFAIRE D'ATTENTAT A LA PUDEUR SUR 4 ELEVES DU PRIMAIRE : Un mouvement de solidarité pour soutenir l’enseignant inculpé

Aujourd’hui, certains élèves ne cessent de dessiner dans leur imagination l’horreur de l’instituteur ou plus particulièrement de l’école, qui était censée leur fournir la sécurité.



L'AFFAIRE D'ATTENTAT A LA PUDEUR SUR 4 ELEVES DU PRIMAIRE : Un mouvement de solidarité pour soutenir l’enseignant inculpé
Conformément à ce que dit « l’adage » l’enseignant est presque un messager de part sa noble mission, celle de transmettre la lumière du savoir. Dans cette nouvelle affaire qui dépasse l’entendement si le suspect venait d’être reconnu coupable de viol dans une école maternelle à « Echat », se serait un autre crime qui vient s’ajouter à celui perpétré par une enseignante d’une école primaire commis à l’encontre des élèves du primaire après la mort de Roumaissa punie sévèrement en blottissant son frêle corps sous un réservoir d’eau pour être écrasée mortellement, telle fut la punition de sa maitresse . Par ailleurs, la même source n’ajoute qu’un mouvement de solidarité formé de citoyens et du corps enseignant s’est constitué pour prendre la défense de l’enseignant incriminé d’attentat à la pudeur envers 4 élèves, pour sa bonne conduite et son comportement exemplaire. La même source ajoute que le suspect se trouve en détention préventive en attendant l’achèvement de l’enquête que mène le tribunal de « Deraane ». L’enseignant incriminé, rejette toute accusation et avance que c’est une machination diabolique qui a été fomentée contre sa personne, tout en pointant du doigt un enseignant de « Karaté » dans la région pour dire qu’il a tout manigancé et poussé les élèves à dire de fausses insanités à son sujet. Selon la même source, le mérite de l’éclatement de l’affaire qui a jeté un grand émoi au sein de la population, revient au professeur de Karaté qui enseignait cette discipline d’art martial dans cette commune. Longtemps étouffée devant l’abstinence des parents des victimes à déposer plainte, malgré les révélations des enfants que l’inculpé avait jugées comme étant une simple machination contre lui. L’affaire en question reste entre les mains de la justice qui va mettre toute la lumière en attendant les conclusions de l’enquête qui suit son cours. Cependant les premiers éléments de l’enquête démontrent que l’un des élèves qui étudie dans la même classe de l’enseignant incriminé aurait été victime d’un attentat à la pudeur selon la source qui confirme qu’un autre témoignage poignant vient de confirmer les faits. Il s’agit de Khaled, une autre victime dont la mère avait déclaré que son fils avait étudié il y’a de cela 4 années chez le même accusé dans la région de « Halala ». Depuis cette date, la mère garde toujours le pantalon de son fils qui après son retour à la maison complètement terrorisé, avait remarqué des taches de sperme. Affolée, la mère questionna son fils qui lui raconta les mésaventures qu’il avait eue avec son instituteur. De peur que la nouvelle ne se propage propage et crée un grand scandale, la mère a préféré garder le silence et changer d’école pour son fils qui avait rejeté toute idée de revenir en classe. Aujourd’hui la mère de l’enfant après l’acte barbare qui a souillé son fils dit être tout à fait prête à témoigner contre le bourreau de son fils. La même source ajoute que le mis en cause choisissait les enfants issus de couches moyennes, qui selon leurs témoignages restaient après les heures des cours sous l’exigence de l’instituteur pour passer à l’acte et choisir la proie qui convient le plus. Par ailleurs et selon la même source, un mouvement de solidarité constitué du corps enseignant et des amis de l’inculpé s’est rassemblé devant le siège de la sureté de la commune de Chaat la semaine dernière, venus en bus pour soutenir l’instituteur qui selon eux dispose de grandes qualités morales, tout en collant l’entière responsabilité au professeur de karaté seul responsable de ce scandale en ayant fomenté les élèves contre leur instituteur. Le mouvement de solidarité en question a également procédé à la récolte d’un nombre important de signatures en vue de demander sa libération du fait que l’affaire se trouve devant la justice. Quant aux témoignages du fils ainé et de l’épouse de l’inculpé, ces derniers n’arrivent pas à croire d’un iota ces inculpations, car l’instituteur était un père exemplaire, tout le monde le respectait et l’aimait. Il était un homme pieux, et passait son temps à prier à la mosquée. Néanmoins cette affaire se trouve entre les mains de la justice, et c’est à elle seule de prouver l’inculpation ou l’innocence du mis en cause.

G.A
Lundi 29 Mars 2010 - 12:27
Lu 660 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+