REFLEXION

Ksentini craint un fort taux d'abstention



Ksentini craint  un fort taux d'abstention
Alors qu’il a déclaré, il y’a quelques jours qu'il faut sanctionner les non votants, Farouk Ksentini, revient sur sa décision et identifie les raisons de  l’abstention des citoyens et évoque  les raisons de l’indifférence des algériens aux législatives.. Dans un entretien au quotidien Al Khabar, Farouk Ksentini considère que « les choses ne vont pas au rythme qu’il faut ». Il parle bien sûr de la campagne électorale pour les législatives. « je constate que le citoyen n’est pas attiré par les sorties des partis politiques sur le terrain, comme si les élections ne le concernent pas ».Pour le président de la commission de promotion des droits de l’Homme, ces élections pourraient être l’occasion d’opérer des changements politiques profonds dans le pays. « Mais déplore t-il, le climat social n’encourage pas à aller voter, quand le prix de la pomme de terre frise les 100 dinars ». Pour lui cela est « inadmissible pour un citoyen lambda qui touche 15.000 dinars ! ».Sur la base de ce constat, Farouk Ksentini fait une projection sur le jour du vote et exprime des craintes quant à un taux d’abstention très fort. « Il est inconcevable de miser sur une large participation des citoyens qui sont en proie à la hausse des prix », dit-il à ce propos en ajoutant « On ne peut pas dire dans ces conditions à un citoyens, tu es responsable de ta voix, tu dois voter ».Sans le dire explicitement, Farouk Ksentini parle d’une volonté « de perturber pour soustraire les citoyens de leur devoir de voter ». Qui est derrière cette volonté de perturber ? Motus de la part de Ksentini qui se demande à juste titre « comment un Etat comme l’Algérie avec ses institutions n’est pas en mesure de maitriser les prix de la pomme de terre ? ».     

Ismain
Dimanche 22 Avril 2012 - 11:26
Lu 350 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par Ghodbane3labladi le 22/04/2012 20:36
Ya Si Ksentini ; le problème est tout autre : il faut faire en sorte que l'activité politique A TOUS LES NIVEAUX ne soit plus une source d'enrichissement. Je vous cite deux exemples que je vous prie de méditer : un député français DE DROITE DANS UN PAYS CAPITALISTE a un revenu mensuel de 5 000 euros, soit 4,54 fois le SMIC français. 4,54 fois le SNMG algérien donneraient 81720 DA , soit 8 millions de centimes environ. 30 millions de centimes sans compter les innombrables privilèges pour un député algérien, ce n'est pas du capitalisme, c'est de l' ANTHROPOPHAGIE !

2.Posté par Ghodbane3labladi le 22/04/2012 20:44
Deuxième exemple toujours pris dans un pays capitaliste : lorsque le Président français, Nicolas Sarkozy s'est octroyé un revenu mensuel de 19 mille euros, il y a eu un tollé dans les médias et l'opinion publique français ; pourtant 19 mille euros ne représentent que 17, 27 fois le SMIC français ! Il faut TOUT revoir, absolument TOUT avant me demander de voter. Je dis me parce que je parle pour moi. Je ne suis le porte parole de personne mais.... je suis très représentatif !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+