REFLEXION

KHALED BOUNEDJMA A REFLEXION: “L’alliance présidentielle à l’origine de tous les maux sociaux”

En réaction à un article paru dans Réflexion le samedi 12 mars 2011, sous le titre « Les têtes de Bounedjma et Tayeb El-Houari mises à prix », le président de la Coordination nationale des enfants de chouhada (CNEC), M. Khlaed Bounedjma, a contacté par téléphone la rédaction de Réflexion pour apporter quelques précisons, concernant ce qui a été rapporté par l’article.« Je suis prêt à défier mes détracteurs, je suis un fils de chahid et je n’appartiens à aucune Jet-Set», martèle t-il.



KHALED BOUNEDJMA  A REFLEXION: “L’alliance présidentielle à l’origine de tous les maux sociaux”
M.Khaled Bounedjma n’est pas parti par quatre chemins pour mettre au pied du mur ses détracteurs, en défiant tous ceux qui osent dire que Bounedjma est un opportuniste, et les appellent à un débat contradictoire, transparent et loin de toute démagogie ou surenchère. A ce propos, il dira : « Où étaient ces gens-là pendant la décennie noire, au moment où nous, aux cotés de nos frères patriotes et membres des groupes de légitimes défense combattions le terrorisme sanguinaire qui a mis notre cher et beau pays à feu et à sang ». Et d’un ton solennel, il désigna du doigt les véritables opportunistes et les suceurs de sang de la société algérienne, qui sont au service de la France et de l’Amérique impérialiste. Au moment où ces deux pays complotent pour partager Ouargla, certains veulent déformer voire détourner la réalité en accusant Khaled Boubnedjma pour faire diversion. « Notre coordination est apolitique » tenait-il à rappeler avant d’enchainer : « Nous œuvrons pour le bien être de tout le peuple algérien sans distinction aucune, et il n’ya pas de différence entre fils de chahid, fils de Moudjahid ou autre, pour nous tous les algériens sont égaux devant les droits et les devoirs. C’est vrai que nous défendons les intérêts de nos adhérents parce que nous pensons qu’en notre qualité de représentant de cette catégorie de citoyens, notre rôle est de revendiquer leurs droits sociaux, et c’est ce que nous avons toujours fait et ce nous ferons toujours. Je ne suis ni un député, ni un homme politique, encore moins un émissaire de telle ou telle partie, et je ne fais pas partie de cette caste de bourgeois qui accapare tout, je suis un algérien, un fils de chahid, qui défend les intérêts de ses pairs et ceux de son pays. M.Bounedjma, s’est dit stupéfait de voir la presse francophone se relayer sur des sujets qui n’ont aucune substance informationnel ni politique d’ailleurs, ceci dit-il, le laisse conjecturer que ce sont des journaux qui travaillent à la solde de Sarkozy et de ses relais. Par ailleurs, M. Bounedjma se demande pourquoi, à chaque événement, il se trouve être la cible de la presse et de ses détracteurs qui, apparemment sont nombreux. Il lance un appel à l’adresse de ses détracteur en les invitant à venir à la coupole et qu’il était prêt à les confronter publiquement sans réserve aucune, et si, ces derniers voudraient comme ils le prétendent aujourd’hui, réellement défendre les droits des fils de Chouhada, je les mettrai au défi, qu’ils viennent nous montrer de quoi sont-ils capables », « la dernière fois, ils ont mobilisé un journal pour ternir notre image et nous avons souffert pour préserver l’unité des rangs, et voilà qu’ils récidivent par l’intermédiaire d’un autre journal tout aussi francophone que le premier. Nous entendons, lança t-il, plusieurs sons de cloche, notamment de la part de ceux qui étaient derrière la « confection » de l’actuelle constitution et qui réclament sa révision, faisant allusion aux dernières déclarations du Secrétaire Général du FLN. S’ils étaient eux les initiateurs de cette constitution et l’ont applaudi, je vois mal pourquoi réclament-ils sa révision ? Ne restant pas là, M.Bounedjma s’est attaqué à l’Alliance présidentielle qui dit-il, a été et demeure à l’origine de tous les maux de la société, elle n’a pas pu ni su jouer son rôle, elle n’a rien fait sinon d’envenimer encore les choses. Aujourd’hui, nous assistons à un terrorisme plus cruel, celui de la bureaucratie dans toute l’administration publique ». Enchainant M.Bounedjma, n’a pas mâché ses mots pour revenir sur les marches organisées par la CNCD, encore une fois, il rappelle sa position et celle de son organisation, que ce qui se passe actuellement n’est que pure « agitation » à ses yeux, qui ne porte aucune revendication, par contre ce qu’il souhaite c’est un changement à l’intérieur du système et non pas ailleurs. Pour conclure, M. Khaled Bounedjma, dira que son organisation est apolitique, elle défend les droits des fils de chouhada, donc ce ne sont que des revendications sociales, et celui qui veut nous prêter un autre rôle dira t-il, se trompe, car nous ne sommes au service de personne, sauf celui de l’intérêt suprême de la nation.

Ahmed Mehdi
Lundi 14 Mars 2011 - 09:58
Lu 883 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+