REFLEXION

KENADSA (BECHAR) : Accaparation illégale d'une ruelle et immobilisme de l’APC

A Kènadsa dans la wilaya de Bechar, face au silence des élus de l’APC ces derniers temps, un citoyen n'a pas trouvé mieux que de s'accaparer carrément d'une ruelle et en faire une extension à sa maison, obligeant tous les habitants du voisinage à faire demi tour et contourner un pâté de maisons pour pouvoir sortir dehors. Les murs de l'extension en question ont été construits avec une grande rapidité en parpaing et ciment au vu et au su de tout le monde, a-t-on constaté sur place.



Aucun des services concernés, notamment la subdivision de l'urbanisme et la construction ou ceux de l'APC, n'a bougé le petit doigt pour essayer de rappeler à l'ordre ce récalcitrant. Pourtant tout le monde sait, et les services techniques de  la municipalité savent aussi que depuis la nuit des temps, cette ruelle dans ce quartier a toujours existé, même sur le plan cadastral de ce quartier elle figure, nous a fait savoir un cadre à la direction des domaines de la wilaya. Selon un groupe d'habitants de ce quartier : « cette personne n’a aucun droit de s'accaparer de cette ruelle et l'intégrer dans son habitation. Nous avons établi le plan de masse et le plan cadastral de ce quartier, et cette ruelle existe bel et bien, et en aucun cas nous ne tolérons à cette personne de violer les instruments de l'urbanisme. En tant qu'habitants du voisinage nous allons nous rapprocher des juridictions compétentes, seules habilitées à trancher dans de pareil cas », ont souligné nos interlocuteurs. Face à la démission des élus de cette APC qui ne dit pas son nom et à leur absence de volonté de faire face aux règlements des problèmes de la cité beaucoup de citoyens se posent la question : « pourquoi ils avaient promis le paradis à leurs électeurs, et une fois qu'ils étaient investis de leur confiance, ils leur ont tourné le dos ? Une telle hypocrisie est inadmissible. »,  a relevé un président d'une association culturelle. Et de poursuivre, « même le maire de notre commune censé habiter dans la même commune que ces concitoyens conformément au code communal en vigueur, celui-ci réside dans la commune de Bechar actuellement. Comment voulez-vous que les choses tournent bien, et qu'il n’ait pas d'entorse et de dépassement de la part des citoyens à la réglementation ? Les élus censés jouer le jeu sont absents sur le terrain, et c'est toujours les citoyens qui se manifestent à leurs places quand  ils voient des irrégularités, du moins en matière d'urbanisme, sinon dans tout ce qui touche au quotidien pur et dur. »  a signalé notre interlocuteur. Par ailleurs, il est à rappeler, qu'il y a juste une semaine un grand mécontentement des jeunes de cette commune s'est produit, à la suite de la non publication d'une liste des bénéficiaires des aides financières de l'Etat et s'est vite transformé en émeute devant le siège de l'APC où de grands attroupements des jeunes enchaînés, qui n'ont pas hésité à passer aux actes en brûlant de vieux pneus, et saccageant tout ce qu'ils leur étaient à portée de main. Pour éviter de telles scènes que tout le monde déplore, il est plus qu’urgent que les élus de cette municipalité se tournent vers les citoyens de leur cité et ouvrent avec eux un dialogue serein et constructif concernant le développement de leur commune d'une manière générale, et d'écouter leurs préoccupations en particulier. L'adage n'a-t-il pas dit : de la discussion jaillit la lumière.

Fendaoui Hadj
Mardi 29 Avril 2014 - 18:10
Lu 585 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+