REFLEXION

JUSQU’A QUAND VA-T-ON TOLERER DE TELLES CHOSES ? : Faux mendiants, vrais businessmen

Cette photo a été prise au centre ville de Mostaganem durant la dernière semaine du mois sacré. Une fille exploitée par une mendiante, si ce n’est par un réseau qui dormait à même le sol sur un bout de carton, il faisait une chaleur caniculaire et tout ce qui importait à sa « marâtre » adoptive ou disons par « location », c’était la recette qu’elle pouvait ramasser avec ce spectacle.



JUSQU’A QUAND VA-T-ON TOLERER DE TELLES CHOSES ? : Faux mendiants,  vrais businessmen
Contracter une maladie ou se déshydrater à cause de la chaleur qu’il faisait ce jour là, elle en avait rien à cirer, elle a surement payé le prix fort pour louer le « gadget » autant en tirer profit au maximum. Devant le silence inquiétant des services concernés, il faudrait se demander jusqu’à quand devrons nous supporter de telles scènes. Alors que l’on nous avait promis que les mendiants ne seraient plus tolérés sur les trottoirs et nulle part ailleurs, on les voit de plus en plus nombreux et partout, durant ce mois de Ramadan, il suffisait de faire quelques mètres pour tomber sur un mendiant, faux ou vrai nécessiteux, personne ne peut le prouver tant que les services concernés ne font pas leur travail. Pourtant la loi interdisant ce délit existe bel et bien sauf que les concernés ne veulent pas l’appliquer ou obéissent à une conjoncture difficile. L’état, n’est-il pas en mesure de prendre en charge les vrais nécessiteux ? C’est la question qui mérite une réponse, le phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur car certains n’hésitent plus à mendier en groupe et des enfants font mêmes du porte à porte pour le compte de certaines personnes sans scrupules. D’après certaines indiscrétions, des mendiants sont déposés chaque matin au niveau du centre ville par des voitures de luxe, une fois leur mission terminée, ils sont repris par leur « patrons », il faudrait juste que les concernés prennent l’initiative de vérifier de près jusqu’où s’étendent les ramifications de ce réseau et qui sont les vrais des faux mendiants. Entre temps des enfants innocents sont exploités et exposés sur les trottoirs, leur avenir n’est pas rose et d’ici quelques années, ceux sont des « voyous » et des prostituées, qui vont renforcer les rangs des délinquants, qu’on arrivera plus à maitriser.

Mihoub
Mardi 6 Septembre 2011 - 22:01
Lu 446 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+