REFLEXION

JOURNEES DE LA MODE : Le rendez-vous « Yves Saint Laurent » à Oran



L’événement artistique et culturel de ce mois se tient du 11 au 18 mai avec “les Journées de la mode”, qui associeront à cette occasion l’hôtel Le Méridien, TV5 et réuniront des créateurs et stylistes algériens et français. Mais pour cette année, ce rendez-vous de la créativité aura un cachet plus que particulier et qui ne pouvait se tenir qu’à Oran. Et pour cause, une rencontre va avoir lieu autour de l’évocation d’Yves Saint Laurent, le grand couturier qui “a libéré les femmes”, natif d’Oran. La ville qui l'a vu naître en 1936 pourra découvrir le parcours et l’œuvre exceptionnels de ce créateur qui a révolutionné la mode, la couture, au travers une conférence, une exposition de photos et d’un documentaire projeté à cette occasion. Quand Yves Saint Laurent quitte l’Algérie, il est âgé de 17 ans et ce départ ne sera jamais suivi d’un retour, mais les couleurs, les images de cette ville natale resteront telle une empreinte dans sa mémoire de “l’enfant protégé” qu’il était à cette époque. Qui d’autre mieux placé que Pierre Bergé pour venir à Oran, parler et évoquer “ce petit garçon oranais qui s’intéressait à la mode”, retracer sa carrière exceptionnelle et l’empreinte indélébile qu’il a laissée derrière lui dans le monde entier. Avant sa venue pour la première fois en Algérie pour y donner une conférence et retourner sur les premiers pas d’Yves Saint Laurent, Pierre Bergé a accepté de s’entretenir par téléphone avec quelques journalistes d’Oran et dire son état d’esprit à la veille de sa venue. “C’est un sentiment de grande curiosité, je suis très heureux de venir voir la ville d’Oran, sa maison, son collège… Je suis très ému à cette idée”, dira-t-il d’emblée. Si les premières années d’existence d’Yves Saint Laurent à Oran n’ont pas influencé directement ses créations plus tard, il n’en demeure pas moins que le souvenir de sa ville natale était présent, comme l’a encore expliqué Pierre Bergé. “Il parlait beaucoup d’Oran. Il a été très marqué par son enfance et je ramènerai des maquettes de vêtements qu’il a faites justement… Vous savez, il n’est jamais revenu dans sa ville, il n’a jamais été invité et il n’y avait plus d’attache. C’est un rendez-vous manqué avec Oran, mais je suis persuadé qu’il aurait été très heureux d’être là, il serait venu j’en suis sûr.” Pour Pierre Bergé, qui est resté toute sa vie aux côtés du couturier qui a “révolutionné la mode”, en s’installant à Marrakech à la villa Oasis mode”, réservoir très important de talents dans l’art, dans la mode et qui seront importants”. (Le jardin Majorelle), ce sont les couleurs, les images et le ciel d’Oran que voulait retrouver Yves Saint Laurent. A la question de savoir pourquoi ne pas créer une “Maison Saint Laurent dans sa ville natale”, Pierre Bergé, qui préside la Fondation du nom du couturier, dit “pourquoi pas”. Il faudrait juste un geste, une demande des autorités locales et algériennes pour faire mûrir un tel projet. Pour ce qui est de la création, de la mode, notre interlocuteur estime que s’il pouvait y avoir “une autre révolution dans la mode, cela pourrait venir d’un continent comme l’Afrique.       

Medjadji. H
Lundi 13 Mai 2013 - 09:28
Lu 328 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+