REFLEXION

JOURNEE NATIONALE DE L’HANDICAPE : Les handicapés, cette frange marginalisée…

Associations et autorités attendent le 14 mars, journée nationale de l’handicapé pour se manifester tambour battant dans le seul but de manifester l’évènement, mais qu’a-t-il l’handicapé pour le reste de l’année ? Cette frange de la société se trouve livrée à elle-même, malgré les efforts conjugués de l’Etat à travers ses institutions qui ne répondent pas favorablement. L’ Handicapé manque de tout à quelques exceptions.



Presque toute la frange vire vers la mendicité puisqu’en dehors de l’allocation des 4.000 DA/mois qui leur est attribuée que certaines familles consacrent à l’achat des couches pour les grabataires, sinon le strict minimum pour le reste. Cette allocation est tributaire de toute une acrobatie administrative pour désigner le tuteur légal de l’handicapé, une procédure qui doit obligatoirement passer par la justice, les huissiers et aboutir enfin au niveau des journaux pour publication afin de permettre à quiconque de faire opposition. Ces handicapés on les trouve de nos jours dans les gares routières, à l’entrée des marchés ou errant à travers les rues de la ville, personne ne s’occupe réellement d’eux. Les uns sont exposés du matin au soir dans des fauteuils roulants sans manger ni boire pour récolter quelques pièces de monnaies pour la famille, d’autres sont utilisés par des délinquants contre des sommes de 400 ou 500 DA jour pour mendier à leur place. Si Kouider, qui venait de rejoindre les rangs de ces handicapés après qu’il fut amputé d’une jambe, lui qui était serveur dans un café, dit « l’handicapé est une personne qui vit dans l’indifférence totale, on est privé des moindres commodités de la vie et de toute considération, sachez que les taxieurs nous évitent, les bus ne veulent pas nous prendre en charge, nos fauteuils roulants ne peuvent nous permettre de se déplacer sur une grande distance, un handicapé qui vit dans les quartiers périphériques n’a pas le droit de se rendre en ville, et puis les 4000 DA que je perçois assurent le pain et le lait pour ma famille alors que j’ai une femme elle aussi malade chronique, heureusement que je ne paye pas de loyer sinon c’est la grande misère. » Cette catégorie mérite d’être prise en charge pas seulement par l’État, mais aussi par toute la société, car les personnes handicapées contribuent elles aussi au développement de notre société et l’on ne répéterait jamais assez pour rappeler à cet effet que cette frange de la société n’a nullement besoin de notre pitié ou compassion mais plutôt de notre compréhension et de notre soutien moral et matériel  en ce sens  que nous sommes aussi  des handicapés en sursis et que nul n’est à l’abri d’une infirmité quel que soit sa nature. Le handicap quelque soit sa nature n’est pas une tare, ces personnes à mobilité réduite ont grandement besoin  d’être compris comme ils sont pour faciliter leur intégration dans la société. Nous les croisons dans les coins de rues, dans les stations de taxis et dans les gares routières et les lieux publics mendier et tendant leurs mains aux passants, c'est-à-dire faire « la manche », dans une totale indifférence  des  passants   tandis que la logique des ‘’gens normaux’’ que nous sommes  nous interpelle pour accorder une attention particulière à ces personnes handicapées pour qu’ils ne se sentent pas marginalisées  pour les prendre en charge, une solidarité que l’on juge très importante. On doit faire un travail sur le terrain et non dans les bureaux, constater  pour aller vers les handicapés et faire comprendre que le handicap n’est pas une tare ou une sanction divine et lui faire comprendre aussi que nul n’est à l’abri d’un handicap afin d’arriver à  inculquer une culture du handicap et de faire admettre à la société le droit à la différence.            

B. Boufaden
Dimanche 13 Mars 2016 - 16:46
Lu 473 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+