REFLEXION

JOURNEE MONDIALE DE L’ALPHABETISATION : L’Algérie, fer de lance pour combattre l’ignorance

Quelque 759 millions d’adultes, dont les deux tiers sont des femmes, ne maîtrisent toujours pas les compétences de base en matière de lecture et d’écriture. De plus, on estime à 72 millions le nombre d’enfants en âge de faire leurs études primaires qui ne sont pas scolarisés et dont les chances d’acquérir ces compétences sont minimes ou nulles.



Quels sont les progrès en matière d’alphabétisation dans le monde? A ce titre, il y a lieu de signaler que l’Algérie a toujours fait du combat de l’ignorance son cheval de bataille et qui se poursuit jusqu’à nos jours.

Le taux d’analphabétisme en Algérie passe de 85% à l’indépendance à 18% en 2013
 
Le taux d’analphabétisme en Algérie a sensiblement reculé au cours des cinquante dernières années passant de 85% au lendemain de l’indépendance à 22% en 2008 et a été ramené sous la barre des 18% en 2013. Par contre, le taux d’alphabétisation est des plus probants à savoir qu’il est de l’ordre de 75,4%.  Un recul rendu possible grâce aux efforts soutenus déployés en matière d’alphabétisation en Algérie tant par l’Etat que par les instances et les associations concernées, estime l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes (ONAEA). La stratégie nationale d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes adoptée par l’Etat en 2007 a permis une évolution dans le traitement de ce dossier épineux, en mettant un terme à la contradiction chronique entre l’ampleur et la complexité du problème, d’une part, et le manque de moyens, d’autre part. Cette stratégie a donné la priorité à la femme et à la jeune fille, aux régions rurales et à la tranche d’âge 15-49 ans, et ce, en raison de l’impact socio-économique de cette tranche d’âge et son rôle actif dans la vie nationale, notamment dans son aspect économique. L’office encourage les citoyens qui n’ont pas eu la chance d’apprendre à lire et à écrire à rejoindre les classes d’alphabétisation. La présidente de l’association "Iqraa", Mme Aicha Barki, a salué la stratégie adoptée par l’Etat pour éradiquer l’analphabétisme, soulignant que son association avait alphabétisé depuis sa création quelque 1.454.000 personnes grâce à ses activités à travers 952 communes. Mme Barki a appelé à poursuivre les efforts dans ce domaine avec le soutien des institutions de l’Etat afin de réduire le taux d’analphabétisme, à procéder à l’évaluation de la stratégie nationale et à instituer une journée nationale d’alphabétisation. Pour présenter l’expérience capitalisée par l’Algérie pendant 50 ans d’indépendance dans le domaine de l’alphabétisation, le Centre national des études et des analyses sur la population et le développement a réalisé une étude au profit de l’association "Iqraa" pour en faire une "référence" en matière de recherche. Basée sur une évaluation objective et globale de l’expérience algérienne en la matière, l’étude vise à définir les principaux mécanismes et acteurs d’alphabétisation afin d’en examiner les résultats. Le taux d’analphabétisme est passé de 85% au lendemain de l’indépendance à 22% en 2008, un résultat réalisé grâce aux femmes notamment rurales dont certaines ont obtenu des diplômes, selon les résultats préliminaires de cette étude. Le taux des femmes voulant s’inscrire aux cours d’alphabétisation est passé de 31% en 1962 à 90% cette année. Les wilayas de Djelfa et Tissemsilt enregistrent le taux le plus élevé d’analphabétisme, selon la même source qui révèle que ce taux est plus important dans les villes de l’intérieur par rapport aux villes côtières. Selon les chiffres présentés, le taux d’analphabétisme a connu une baisse sensible grâce aux efforts de l’Etat. Ce taux était de 74,6% en 1966 (62,3% pour les hommes et 85,4% pour les femmes), selon un recensement général de la population effectuée la même année. Ce taux a baissé à 22,1% (15,5% pour les hommes et 28,9% pour les femmes), selon le recensement de 2008. Ces chiffres montrent également, selon les experts, le rythme de la baisse du taux d’analphabétisme qui était de 13,10% durant la période allant de 1966 à 1977 avant d’enregistrer une hausse de 1977 à 1987 et une légère baisse de 1987 à 1997 (11,70%). Depuis, ce taux a pris une tendance haussière ce qui a permis de porter le taux d’analphabétisme à 22,1% en 2008. A travers ces chiffres, ce ne serait que rendre justice à l’Etat que de dire que ce dernier n’a ménagé aucun effort pour combattre l’ignorance et continue à ce jour pour essayer de l’éradiquer d’une façon radicale en 2016. Il est à noter que l’Algérie est parmi les pays les plus avancés dans ce domaine et que l’on pourrait la qualifier de fer de lance pour combattre l’ignorance. Ceci dit,  dans la religion musulmane,  le Coran est en un peu plus clair pour dire que lors de la révélation du Coran au prophète Mohamed  (Q.S.S.S.L) le premier mot était «  Iqraa » avant toute chose. Ceci prouve à plus d’un titre que notre religion incite l’être humain au savoir et donc à la lecture et l’écriture avant tout.

ADEL
Dimanche 7 Septembre 2014 - 18:16
Lu 375 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+