REFLEXION

JOURNEE INTERNATIONALE DE LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : 7 000 femmes victimes de violences en Algérie

Plus de 220.000 femmes par an ont été victimes de violences conjugales dans le monde, en Algérie plus de 7 000 femmes ont été victimes de violence durant les neuf premiers mois de l'année 2013, selon des données fournies par DGSN. Ce 25 novembre 2013, une journée pour sensibiliser l'opinion publique sur la question, l'occasion de faire le point.



La violence à l′égard des femmes ne se limite pas à une culture, ou une région d’un  pays particulière, ni à un groupe donné de femmes au sein de la société algérienne. Les raisons profondes de la violence à l′égard des femmes résident dans l′ inégalité historique de pouvoir dans les relations entre les hommes et les femmes et dans la discrimination persistante à l′égard des femmes. Cette violence se manifeste sous forme de mauvais traitement, d’abus sexuels en milieux professionnel et familial, et d’homicide. Plus de 7 000 femmes ont été victimes de violence durant les neuf premiers mois de l'année 2013 à l'échelle nationale, selon des données fournies par les services de la Police judiciaire de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). “Au total, 7 010 femmes ont déposé plainte pour violence durant les neuf premiers mois de 2013, dont 5 034 victimes de violences physiques”, a indiqué à l'APS la commissaire divisionnaire, Mme Kheira Messaoudène, chargée du bureau national de la protection de l'enfance, de la délinquance juvénile et de la protection de la femme victime de violence, à la direction de la Police judiciaire.
La même responsable a ajouté que parmi le nombre global de ces femmes, 1 673 ont été victimes de mauvais traitements et 27 autres d'homicide volontaire. Il s'agit de femmes âgées de 18 ans à plus de 75 ans, dont 3 872 sont mariées, 1 953 célibataires, 688 divorcées et 439 veuves. La situation socioprofessionnelle de ces femmes fait ressortir que 4 713 sont des femmes sans profession (femmes au foyer), 1 330 employées, 103 cadres supérieures, 374 étudiantes, 67 retraitées et 87 autres sans précision de situation professionnelle, a-t-elle relevé. Par ailleurs, Mme Messaoudène a indiqué que 7 224 auteurs de ces violences ont été enregistrés, dont des conjoints, des fiancés, des frères, des ascendants et des pères, ainsi que des étrangers à la famille qui sont au nombre de 3 316 personnes (voisins, collègues ou inconnus). Les époux viennent en tête de ces agressions avec 1 608 cas, suivis de fils qui ont violenté leur maman avec 538 cas, puis de frères qui ont violenté leurs sœurs avec 418 cas.  Par ailleurs, Mme Messaoudène a relevé que les grandes villes enregistrent le plus grand nombre de cas de violence à l'égard des femmes, notamment à Alger, Oran et Annaba. Toutefois, elle a estimé que le nombre de cas enregistrés en Algérie est “beaucoup moins important” par rapport à d'autres pays qui enregistrent les “pires formes de violences”.  D'autre part, elle a indiqué que plus de 54% des actes de violence ont été commises le soir et plus de 31% le matin, alors que 48% des cas ont été produites au sein du domicile familial et 34% sur la voie publique. S'agissant du mobile de l'agression, elle a cité les litiges familiaux avec 2 509 cas et les causes sexuelles (255 cas). Cette violence se décline aussi sous la forme d’abus sexuels. Plus de 200 femmes ont été victimes de viol, de harcèlement sexuel et d'inceste à l'échelle nationale, durant les neuf premiers mois de l'année 2013, selon des données fournies par les services de la Police judiciaire. “Au total, 266 femmes ont été victimes de violence sexuelle durant les neuf premiers mois de l'année 2013, entraînant parfois des grossesses illégitimes”, a encore révélé Mme Kheira  Messaoudène.  Elle a expliqué, dans le même cadre, que le nombre de femmes victimes de violence sexuelle “est en réalité plus élevé que le chiffre avancé”, puisque beaucoup de femmes déposent des plaintes, mais les retirent par la suite. “Il existe des femmes qui souffrent en silence et le dépôt de plainte contre la violence sexuelle reste encore un tabou”, a-t-elle déploré. Elle a précisé que parmi le nombre total de ces victimes (266 victimes de violence sexuelle), dix femmes ont fait l'objet de harcèlement sexuel et six autres ont été victimes d'inceste.

Riad
Lundi 25 Novembre 2013 - 17:13
Lu 316 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+