REFLEXION

JOURNEE DE SENSIBILISATION A SIDI BEL ABBES : Des cadres de l’ANEM expliquent le nouveau dispositif C.F.I.

Des représentants de plusieurs organes chargés de la promotion de l’emploi ont été au rendez-vous, dernièrement, au centre de divertissement scientifique 19 mars 1956 à Sidi Bel Abbès, dans le cadre d’une journée de sensibilisation sur les procédures que l’Etat a mis à la disposition des demandeurs d’emplois, ainsi qu’aux employeurs notamment dans le cadre des diverses formes de contrats d’insertion de travail.



Cette journée initiée par l’agence nationale de l’emploi ANEM vise à répondre aux nouveaux défis afin de subvenir aux besoins du marché du travail, précisément dans les secteurs des entreprises privées de bâtiments, et d’agriculture, hydrauliques et travaux publics ainsi que d’autres, pour encourager les jeunes à y travailler et les employeurs à recruter pour bénéficier des mesures d’encouragement que le gouvernement leurs a débloqué, à l’exemple d’une exonération de 3 ans pour la création de 3 postes de travail, pour les entrepreneurs ayant réalisé leurs projets dans le cadre de l’ANSEJ et de 5 ans pour le recrutement de 100 employés. Les cadres de ladite agence comptent par cette initiative à expliquer aux  visiteurs, la nouvelle procédure du contrat de formation et insertion (C.F.I) destiné aux jeunes sans formation ni qualification, pour leur emplacement dans les chantiers des différents secteurs d’activités économiques. Cette option permettra de travailler et de saisir l’opportunité pour une formation sur les lieux, avec des avantages pour le travailleur et l’employeur, et aidera à l’alimentation courante des secteurs économiques, qui selon des échos durant cet événement endurent une baisse considérable d’adhésion chez  la tranche des jeunes et une forte demande par les entreprises de réalisation et d’autres secteurs comme l’hydraulique et l’agriculture, forêts et artisanat. Des cadres de l’ANEM t indiquent que les secteurs administratifs de l’Etat connaissent une grande saturation sans précédent, cependant qu’il faut encourager les jeunes notamment les universitaires à créer leurs propres entreprises dans le cadre des programmes de soutien financier, pour un investissement gagnant et une alimentation du monde du travail avec des postes, ce qui baissera le taux de chômage et aidera à la relance économique. Par ailleurs, les représentants de plusieurs organes comme la CNAS, CASNOS et les opérateurs des agences de soutien de l’emploi, ANSEJ et ANGEM, ont expliqué aux jeunes visiteurs les procédures de la création de projets et les avantages décrochés en cas de la réalisation d’entreprises de diverses tendances.

 

M. Souhil
Dimanche 20 Septembre 2015 - 17:32
Lu 121 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+