REFLEXION

JOURNEE D'ETUDE SUR LA VANNERIE ET SON PROLONGEMENT : La vannerie en vogue à Mascara

Le salon de la vannerie a ouvert ses portes le 16 décembre et s’est étalé jusqu’au 20 du même mois à la maison de l’artisanat où les mains adroites des artisans de la wilaya ont pu ressortir sur les étalages et les rayonnages de ces expositions des merveilles et des œuvres, parmi la gent féminine et masculine d’art qui se sont mobilisés avec l’aide des uns et des autres, des formateurs et initiateurs de cet art qui refait surface dans les produits en osier et en alfa.



JOURNEE D'ETUDE SUR LA VANNERIE ET SON PROLONGEMENT : La vannerie en vogue à Mascara
Les curieux parmi les visiteurs  qui se sont rendus aux galeries  de la maison de l’artisanat  ont pu constater les objets exposés qui dénotent de la dextérité et d’un savoir faire des passionnés de cet art en vogue dans la cité de l’Emir. Les jeunes qui exposent leurs produits sont pleins d’enthousiasme pour faire de cet art un créneau porteur et créateur de richesse et d’emploi  notamment en milieu rural où les femmes et les hommes excellent dans la fabrication des couffins et produits domestiques très prises sur le marché local. Ce qui a facilité la communication de M. Benzarour Choukri, directeur au ministère de maitriser sa communication avec les jeunes étudiants présents sur les lieux et qui l’ont longuement ovationné. Celui-ci disait que cet intérêt particulier porté à la vannerie est lancé, nous dit ce responsable de l’exposition, pour faire revivre l’artisanat pour une exploitation généralisée touchant tous les produits faits à la main et d’une façon traditionnelle. Dans un coin de l’exposition le tapis de Mascara qui portait autrefois le nom de tapis « El Kalaa » avait la palme parmi les objets exposés même si  le thème de l’exposition n’avait aucun lien avec la tapisserie traditionnelle. Ce tapis a été confectionné par des jeunes, l’orateur s’est longuement étalé sur l’alfa et les produits sortant de cette matière qui commence à avoir une place honorable à travers le monde, les Européens commencent à porter un intérêt vers les produits BIO et évitent également les objets en matière plastique qu’ils trouvent nocifs pour la santé. Avec un minimum d’expérience et d’échanges, l’on parviendra à  faire du top dans la mercerie, la maroquinerie, la vannerie et l’orfèvrerie, des activités de substitution  à ceux connus  dans la région de Béni Chougrane. Nous avons été émerveillés lors de ce salon  par tous les types de  vannerie spiralée qui consiste en des brins de fibres en spirale et généralement cousus.  Mme Safir en compagnie de Mlle Fatima nous expliquent dans le même ordre d’idées  qu’elles utilisent des matériaux très divers (herbes, feuilles, bois) par exemple, de la paille de seigle (toron) cousu avec de l’écorce, des aiguilles de pin comme toron, du rotin. Elles nous diront que cette technique  est présente dans le monde entier et est très variée. La vannerie à nappes qui s'apparente au tissage et qui utilise le plus souvent des matières en forme de ruban (feuilles de doum, l’œuvre de cette femme  est tressée qui utilise deux (ou plus) brins flexibles entrecroisés appelés respectivement montants (éléments passifs formant la structure) et brins de clôture (éléments activés qui maintiennent la structure). Cette classe de vannerie et ce foisonnement nous a laissés rêveurs sur les perspectives et les opportunités de cet art qui, jusque-là, semble un peu connu de la population ou mal considéré à sa juste valeur puisque les couffins en rotin ou en osier  ont été remplacés par  les sacs en plastique, à la grande désolation de cette trempe d’artisans qui font  parler d’eux au cours de ce salon. M. Safir, un cadre des services des forêts a lors de sa communication donné l’historique de la découverte de l’Alfa par les colons de l’Algérie en 1874 pour l’exploiter ce qui leur a permis de créer des lignes de chemins de fer vers les hauts plateaux et vers les régions désertiques comme El Bayadh, Mecheria et autres. L’intervenant a également donné des orientations pour la préservation de cette plante qui nécessite une attention particulière puisqu’elle demeure une des ressources du pays. Le salon ouvert a attiré la grande foule qui a eu l’occasion de découvrir beaucoup de choses qu’elle ignorait. L’ouverture de ce salon par M. le wali de Mascara, 3 anciens cadres du tourisme à la retraite ont été honorés dont notre ancienne collègue Mme Kadi Hanifi ex cadre de la direction du Tourisme et M. Mehdid, doyen des présidents des chambres de l’artisanat et ex-président de la chambre de l’artisanat de Tlemcen. Ont participés à ce salon 15 wilayas du pays comme on a enregistré la présence de trois directeurs centraux du ministère du tourisme et de l’artisanat venus spécialement pour participer à l’événement. 
 

B.Boufaden
Samedi 22 Décembre 2012 - 00:00
Lu 320 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+