REFLEXION

JETE A LA RUE PAR SON ENTREPRISE POUR AVOIR CONTRACTE LA TUBERCULOSE : La société EPE/SERA d’Oran au banc des accusés

M. Charara A.E K ayant travaillé comme manœuvre au sein de l’entreprise EPE/SERA/SPA dont le siège social se trouve (route de Messerghin à Oran) prétend être victime d’une injustice de la part de ses responsables tout en présentant des pièces justificatives comme preuves à l’appui.



En effet cette  personne âgée  de  55 ans  et  père de 5  enfants s’est  vu  son droit bafoué car  le  destin a voulu qu’elle tomba malade et  que son cas s’aggrava  à  cause des aléas  de  l’administration .M. C. AEK dont le lieu de résidence se trouve dans la Wilaya de Mostaganem a travaillé  tranquillement dans cette  entreprise  jusqu’au jour où  il a été muté dans  la wilaya de Tiaret .Ayant eu plusieurs bronchites à cause  des risques inévitables  de son travail ,il  contracta la tuberculose. Après des consultations systématiques,  ses médecins traitants lui déconseillent le  climat  sec. Il  se  rend à  l’entreprise muni des certificats  médicaux dans l’espoir d’une compréhension de  ses supérieurs.Il croise donc le DRH  qui lui rejeta  sa  demande et lui refusa l’audience du directeur. M.C.AEK  ne trouve d’autre solution que celle d’insister en multipliant le va et vient de Mostagnem à Oran pour obtenir gain de cause mais en vain. Après plusieurs tentatives, ses supérieurs lui suggèrent  de patienter .Il prend son mal en patience et attend  durant 4 mois ‘’cette infime lueur d’espoir’’pour lui-même dont (l’état de santé se dégrade chaque jour et  sa famille restée sans ressources). A cet effet, M.C. AEK  confronté à cette austérité  adressa une plainte à M. l’inspecteur du travail qui resta  sans  écho .Après  2 ans  d’arrêt  de travail,et après  avoir frappé à toutes les  portes ,il  se dirigea vers la justice :le procureur lui recommanda de se rendre à sa direction pour que sa situation soit  régularisée , seulement , il se heurta de  nouveau aux  mêmes  problèmes. Après avoir épuisé tous les recours internes, ce  pauvre fonctionnaire saisit le Tribunal administratif  dans l’espoir de faire pression sur l’administration de l’entreprise EPE/SERA en vue de se faire réintégrer, mais, cette dernière exprime son refus et  rejette sa demande de réintégration.  Ainsi après tout cet eternel parcours de combattant, le malheureux, M. Charara  A.E K, aujourd’hui père d’une famille nombreuse ,  atteint d’une maladie grave ,ne pouvant même pas payer ses médicaments ou subvenir aux besoins de ses e nfants se trouve livré à son sort et  jeté comme un ‘’kleenex’’    , après avoir sacrifié toute sa vie pour cette  entreprise. Après ce triste récit, ne serait-il pas temps pour cette entreprise algérienne de réviser sa décision , pour sauver  la famille de ce misérable de  la  précarité  évolutive .M.AEK ,implore les parties compétentes pour reconsidérer son cas afin de mettre  fin  à  son  calvaire.

A. Bensaid
Lundi 23 Décembre 2013 - 19:31
Lu 490 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+