REFLEXION

Inculpation du maire de Bouzaréah et d’un policier chargé de l’urbanisme : Des terrains fonciers détournés faisant des centaines de victimes.

Une enquete vient de prendre son cours concernant une nouvelle affaire scandaleuse de détournement de térrain foncier à Bouzaréah ou sont impliqués le maire de Bouzaréah, un policier chargé de l’urbanisme, un attaché à la daira et représentant du wali.



Inculpation  du maire de Bouzaréah et d’un policier chargé de l’urbanisme : Des terrains fonciers détournés faisant des centaines de victimes.
La commune de Bouzaréah vient d’etre secouée par une nouvelle affaire scandaleuse de détournement du foncier bien de l’état, ou est impliquées plusieurs personnes. Parmi les inculpés qui auront à répondre de leurs actes devant la justice, un maire de Bouzaréah, son adjoint , un policier chargé de l’urbanisme et un représentant du wali attaché à la daira de Bouzaréah. Le dossier soumis à l’enquête se trouve au niveau de la sixième chambre près le tribunal de Bir Mourad Rais, laquelle vient de procéder à l’ouverture d’une enquête concernant cet épineux dossier, suite à une récente plainte déposée par l’une des victimes de la maffia du foncier dans cette commune qui fut été toujours un objet de convoitises illégales de la part des différents responsables sous forme de contrats falsifiés et autres ruses diantrement préparées.
La genese des faits de cette maladresse, commence par le début ou il fut abusé de la victime, au moment ou elle s’est engagée à acheter un lot de terrain ou était bâti un logement non achevé, situé dans une parcelle de terre appelée « Bouhmam »à Bouzaréah. L’intermédiaire ayant intervenu pour finaliser cette opération, n’est autre qu’un fonctionnaire à la police chargé de l’urbanisme , en échange d’une somme de 800.000 DA, selon les témoins, versée à Abed Fatima qui prétendait etre la propriétaire, et laquelle a procédé à cette transaction par l’intermédiaire du policier chargé de l’urbanisme en question. Suite à ça, la victime, « nouveau acheteur » a engagé des travaux pour la construction d’une maison, dont le cout réel fut estimé à 150 millions de centimes. Néanmoins, la victime, apres moutl démarches, n’a pas pu décrocher son acte de propriété, lui insinuant que cette parcelle de terrain est toujours la propriété de la commune.
Ne sachant quoi faire, la victime reste ballotée d’une personne à une autre, mais intransigeant, il éxige des explications de l’APC, notamment des promesses recues du maire en personne, en présence de l’agent de l’urbanisme en vue d’une régularisation définitive, pour lui permettre d’achever les travaux y afférent à son logement. La victime impatiente commence à se douter des mauvaises intentions du maire et des autres intervenants. Ces tergiversations, ont éffectivement prouvé les mauvaises intentions et les connivences répugnantes des uns et des autres, notamment l’indélicat policier de l’urbanisme attaché au niveau de la daira qui profitant de l’absence de la malheureuse victime et usant de son influence aurait tenté de s’accaparer illégalement de ce bien qui appartient à autrui. Toutes ces personnes inculpées ont agi en véritable bande de maffia dans la gestion du foncier dans cette commune qui a connu de par son passé d’autres affaires similaires de détournement, de faux et autres délits ou fut impliqués l’ex maire et ses sublaternes dans l’usage et le trafic des actes et autres documents propre au foncier, faisant des centaines de victimes, qui parmi eux à dépensé tous ses économies.


Bouras
Lundi 25 Mai 2009 - 00:08
Lu 2020 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+