REFLEXION

Incitation des étudiantes de l’université à la débauche : Arrestation de 3 chinois et de 2 étudiantes algériennes



Décidément la vénalité charnelle de nos innocentes étudiantes, obnubilées par le gain et l’appât facile du sou, s’étend même aux asiatiques, spécialement les chinois qui sont en nombre croissant en Algérie, faisant fi de toutes les caractéristiques qui personnalisent ces êtres humains, tels que la langue, la croyance, les mœurs et tous ce qui suit, malgré une culture diamétralement opposée, ce qui compte pour nos étudiantes est le langage du corps, sommes nous entrain de chavirer vers l’atavisme !
Les services de sécurité sont parvenus à mettre fin aux agissements diaboliques par l’arrestation des présumés cerveaux d’une bande de malfaiteurs, dont les acteurs principaux ne sont que des chinois, qui ont failli à la règle pour ne pas respecter les principes d’un pays hôte, en portant atteinte à l’université de « Sidi Achour ». D’après les sources d’informations, cette affaire est liée à un réseau composé d’un trio chinois en étroite complicité avec deux filles algériennes originaires de Constantine, qui étudient à l’université de « Sidi Achour » à Annaba. Ces deux jeunes étudiantes se sont excellées dans l’art d’appâter les filles universitaires après un excès de confiance, en leur proposant des sommes d’argent en devises récupérées des travailleurs chinois notamment dans les chantiers du bâtiment, en échange de passer de délectables nuits dans les fringues de ces ouvriers chinois. Les mêmes sources confirment que les deux machiavéliques filles qui servaient d’attirer les jeunes filles universitaires, seraient probablement des sœurs car elles portaient le même nom, et venaient d’acquérir un véhicule neuf de marque « Chevrolet », qui reste des jours garée au niveau de la résidence universitaire, à chaque fois qu’elles se rendaient chez elles, c'est-à-dire chez leurs parents, pour ne pas attirer le moindre soupcon, de l’existence du véhicule en question.
D’après les mêmes sources, les transactions charnelles aux prix dérisoires se faisaient directement des fenêtres des chambres d’étudiantes aux travailleurs chinois dont le chantier est adjacent à la cité universitaire. Le troc se faisait, une fois la nouvelle proie est présentée au préalable aux chinois par l’une des deux diablesses, et selon son âge, sa taille, sa beauté, enfin toutes ses caractéristiques, que le prix serait débattu. Une fois l’affaire conclue, cette pauvre victime passe à l’acte pour passer une, ou plusieurs nuits en compagnie d’étrangers dans des baraquements de fortune aménagés qui n’ont rien d’un hôtel à quatre ou cinq étoiles. Heureusement que le mal s’est estompé et la prise de conscience de quelques filles s’est réveillée, par dénoncer et déposer plainte auprès des services de sécurité qui ont diligentée une enquête ayant abouti rapidement à l’arrestation des trois chinois et les deux filles acolytes en attendant que d’autres révélations pour mettre toute la lumière sur cette affaire.

. .
Dimanche 24 Mai 2009 - 00:11
Lu 2017 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+