REFLEXION

Incendie de la bibliothèque de l'université d’Alger en 1962 : 50 ans après, la main de l’OAS

M. Sâad Khandek , ancien fonctionnaire de la bibliothèque, un témoin de l’incendie criminel perpétré contre la bibliothèque de l’université d’Alger par l’Organisation de l’armée secrète (OAS), le 7 juin 1962, a affirmé que « certains fonctionnaires de la bibliothèque étaient complices de cet acte criminel».



Incendie de la bibliothèque de l'université d’Alger en 1962 : 50 ans après, la main de l’OAS
M. Sâad Khandek,  a indiqué, jeudi en marge d’une conférence organisée par la bibliothèque de l’Université d’Alger sur « les crimes culturels durant l’ère coloniale en Algérie: 1830-1962″, que « tout le monde à l’université savait que ces fonctionnaires collaboraient avec l’OAS et vouaient de la haine pour les Algériens », la preuve étant que la partie centrale de la BU, qui contenait des manuscrits, des ouvrages et des documents importants, avait été totalement incendiée. M. Sâad, qui occupait le poste d’adjoint de recherche à l’époque, a précisé que la majorité des cinq fonctionnaires algériens au sein de la BU « avaient démissionné un jour avant la mise à feu de la bibliothèque car ils avaient reçu des menaces de mort par l’organisation qui était présente à l’université ». La majorité des étudiants français, qui ont servi l’OAS, « ne s’étaient jamais opposés aux actes criminels perpétrés par cette organisation ». 

Ismain
Vendredi 8 Juin 2012 - 20:30
Lu 422 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+