REFLEXION

Ils réclament plus de liberté... Mais ils ne sont pas démocrates

LE MUTISME DES AUTORITES ET LA MINORITE QUI VEUT IMPOSER SA LOI

La liberté politique ne consiste point à faire ce que l'on veut. ... Il faut une autorité, pour protéger la liberté de chacun contre les ... Dans tous les cas c'est la majorité qui fait la loi et la minorité conservent sa liberté ..!



Ils réclament plus de liberté... Mais ils ne sont pas démocrates
C’était un jeudi, il est 10h30, en plein centre d’Alger, à proximité du Parlement, et sous le regard “bienveillant de deux estafettes de police”, j’ai été victime d’un lynchage par un des grévistes .J’étais en voiture et je souhaitais emprunter une ruelle derrière le Parlement, mais les manifestants m’en ont empêchée. En une fraction de seconde, j’étais devenue une cible pour ces manifestants, plus d’une centaine. Ma voiture a été complètement vandalisée, les insultes fusaient de partout. J’ai compris que j’étais prise pour cible parce que j’ai une voiture et apparemment un travail... Ils criaient “bourgeois, fils de riches, fils de voleurs”. Réflexe de tout citoyen croyant que l’on est dans un pays de droit, je décide d’appeler le 17, le numéro du sauveur. Sauf que, à mon grand regret, cette police censée protéger le citoyen a des consignes: “On ne touche pas les manifestants, l’heure est grave, on calme les esprits”. C’est le choc, la peur… mais surtout la déception. Au bout de 30 minutes de prise d’otage, je décide de négocier avec certains éléments de cette troupe enragée. On me demande d’approuver les revendications du mouvement et de les encourager. Avant, j’avais une certaine compassion pour ces personnes, mais ce jour-là, j’avoue m’être excusée pour sauver ma peau! Les manifestants brandissaient des trophées, devinez lesquels? La plaque d’immatriculation de ma voiture, les poignées de porte, les essuie-glaces... Alors, par instinct de survie, j’ai foncé dans la foule à 80 km/h, avec des roues dégonflées, en direction du commissariat où j’ai déposé plainte. Dieu merci, personne n’a été touché. J’ai repris mon souffle et crié mon désarroi: pourquoi la police n’a-t-elle pas réagi? Pourquoi personne n’est intervenu, y compris parmi les responsables de ce mouvement? La réponse était claire: déposez votre plainte, on constate les dégâts et remerciez Dieu de vous en être sortie indemne physiquement. C’est vrai, l’état psychique ne compte pas en Algérie, puisque le traumatisme n’est pas visible! J’ai compris que nous ne sommes pas dans un pays de droit mais juste d’obligations. J’ai payé le prix de la stabilité des millions d’Algériens. Le mutisme des autorités était voulu, la minorité a imposé sa loi.

Riad
Dimanche 2 Octobre 2011 - 21:47
Lu 441 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+