REFLEXION

Il ne fallait pas dire « je ne sais pas »



Il ne fallait pas dire « je ne sais pas »
Lors d’une visite effectuée par un ministre de la République à un site privé urbain, situé dans le chef lieu d’une wilaya de l’Ouest du pays, accompagné du wali concerné et de la délégation composée de ses proches collaborateurs et des autorités locales, le ministre, après avoir entendu l’exposé du responsable de son secteur , ne semblait pas accorder trop d’importance sur ce qui venait d’être dit mais qu’il était semble t-il, plus préoccupé par le terrain privé au point de s’adresser à son propriétaire : « Votre terrain n’est pas à vendre, monsieur ? ». Le propriétaire doublement étonné et pris au dépourvu, il lui avait répondu : « Je ne sais pas monsieur le ministre, posez la question au Wali ». Et le ministre de répliquer immédiatement : Qu’est-ce qu’il a avoir le wali ? Le propriétaire en toute aisance cette fois, répondit : « J’ai déposé un dossier d’investissement dans la cadre du CALPI, dont le terrain servira d’assiette au projet depuis plusieurs mois et j’attends, je n’ai pas encore la réponse du wali, et c’est pour cette raison que je ne pourrais pas vous répondre ». Le ministre a immédiatement laissé tomber. Plusieurs années après même l’investissement dont il était question a été abandonné du fait qu’aucune réponse n’est parvenue du wali. C’est tout compris.

. .
Mardi 23 Février 2010 - 10:38
Lu 476 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+