REFLEXION

Il faut voir pour y croire



Si vous n’êtes pas de bonne humeur le matin, et que vous souhaiteriez passer une consultation en ophtalmologie au niveau de la clinique publique de Mostaganem, il serait préférable de s’abstenir, sinon posséder des nerfs d’acier pour pouvoir patienter. A 8 h 30 mn, la salle d’attente est déjà à son comble, un espace d’à peine 15 M2 contenant presque une quarantaine de personnes, un chahut qui vous bourdonne dans les oreilles toute la journée. La majorité des patients dépasse les 70 ans. A 8h 35 mn, l’arrivée des médecins, et dix minutes après c’est l’hôtesse d’accueil (une infirmière), qui fait son apparition, pénètre dans un bureau pour en ressortir quelques instants plus tard vêtue d’une blouse blanche, prend une feuille blanche et un stylo et tente d’inscrire les patients sur une liste pour les consultations qui débuteront vers 10 heures. Avec l’indiscipline flagrante des patients, arrivés bien avant l’infirmière, comment cette dernière puisse inscrire dans l’ordre d’arrivée tous ces gens, chacun prétend être arrivé le premier. Allez-y savoir qui du menteur de celui qui dit la vérité. Deux agents de sécurité n’arrivant pas à rétablir l’ordre, c’est l’anarchie. Un peu d’ordre serait le bienvenu.

. .
Mardi 30 Mars 2010 - 11:25
Lu 471 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+