REFLEXION

Il était une fois la pudeur



Il était une fois la pudeur
Si tu n’as aucune pudeur, fais ce que bon te semble ,l’une des recommandations du Prophète que le salut soit sur lui(QSSSL) est d’une forte actualité aujourd’hui, la pudeur d’antan parait être interdite de séjour depuis bien des lustres à travers la société algérienne qui a presque perdu totalement ses repères. Il est bien révolu ce temps où la famille algérienne se distinguait fortement des autres familles des nations arabes, une pudeur ancestrale régissait les rapports sociaux entre ses membres, les parents étaient vénérés, le vieux et l’aîné respectés, les petits étaient trop sages et respectueux de tous les autres et les femmes ne sortaient que voilées. La tranquillité et la sécurité étaient les maîtresses de tous les lieux, la morale ne se transgressait pas, un code d’honneur réglait les différends qui naissaient de temps à autre, le conseil des sages parvenait souvent a mettre fin aux conflits qui finissaient en embrassades de pardon, autour d’un bon couscous où tous les membres de la famille sont invités a fêter la réconciliation des uns et des autres. Ce temps béni de la pudeur est bien parti ailleurs, les cartes se sont entremêlées, le décor est tout autre, totalement étranger à cette société qui se prétend « arabe », rien ne présage d’une bonne fin pour ce feuilleton de l’horreur, qui a débuté par la perte de toute notion de pudeur. De cette pudeur, rien ne nous reste, ni le nez pour défendre ses valeurs, ni la honte pour rougir à outrepasser au-delà de ses tabous, le laxisme et la permissivité sont venus à bout des derniers partisans de la pudeur, qui tentaient bon an mal an de la sauvegarder. Aujourd’hui, la pudeur se viole parfaitement et publiquement en plein jour, les multiples attentats dont elle fait l’objet, l’attestent à travers les cours de justice et font les « unes « de la presse écrite qui en rapporte quotidiennement les faits. Rien n’est venu mettre fin à cette agression à la pudeur qui n’est que la parfaite nature de la personnalité algérienne, qui se sent outré par de tels dépassements, et qui n’ose pas se reconnaître à travers ce charivari, que les « émancipateurs » et beaucoup d’autres « moralisateurs » tentent par des acrobaties verbales àimposer au nom de la démocratie, du progrès et du respect des libertés individuelles. Ces oiseaux de mauvais augure,qui sont venus croasser du haut de quelques tribunes érigées au nom de la démocratie ,sont à l’origine de la propagation de ce désastre social qui a fini par tuer les dernières miettes d’une pudeur qui n’a pu supporter de telles ingérences…. ! Serons- nous l’unique race sans la moindre pudeur, en face de cette invasion d’idées importées… ?.Avons-nous un remède, pour contrecarrer ces attaques…. ? Que de questions à poser, en face de ce silence qui semble régner de Maghnia à Ouenza…. !

L. Ammar
Dimanche 13 Juin 2010 - 10:26
Lu 462 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+