REFLEXION

INVESTISSEURS DEFAILLANTS A ORAN : Vers une annulation des actes de concession

« J'annulerai les actes sans état d'âme », c’est ce qu’a déclaré le wali d’Oran M. Abdelmalek Boudiaf lors de la rencontre qui a regroupé dernièrement l’ensemble des investisseurs de la wilaya d’Oran à l'hémicycle. Le compte à rebours vient de commencer ! " a-t-il mis en garde.



INVESTISSEURS DEFAILLANTS A ORAN : Vers une annulation des actes de concession
Pourquoi n'avez-vous pas commencé à investir ? Vous aviez besoin d'un terrain, vous l'avez à présent. Pour débureaucratiser la procédure, j'ai pris un arrêté de mise en place d'un guichet unique. Aujourd'hui, les choses sont telles que vous n'avez plus besoin du wali, ni d'aucun autre responsable. Votre seul interface est un ordinateur ", a-t-il ajouté, en allusion à la batterie de mesures prises par son administration, pour le démantèlement des "barrières" administratives qui entravaient l'investissement à Oran, comme la mise au point d'un cahier des charges relatif à la promotion immobilière, le traitement des dossiers par logiciel, la réduction des délais de délivrance du permis de construire, etc. Bon nombre d'investisseurs, en tout cas, ne sont pas du tout pressés, encore moins animés d'un esprit de compétition et de challenge, et semblent couvert, en tout confort, sur leur précieux acquis foncier et autres largesses accordées par l'Etat, pour booster l'investissement et le développement local  à Oran. Selon le  bilan établi par  les membres de la commission d’assainissement  du foncier  qui fait état que bon nombre de bénéficiaires d'un foncier, via le Calpiref, tardent à poser la première pierre ,et  c’est pourquoi le wali a  intervenu pour affirmer que  la promotion immobilière, y compris le programme de logements de type public aidé (LPA), en particulier, est " la seule façon de résoudre le problème du logement ". Cette politique permet aussi, a-t-il ajouté, " de stimuler la concurrence entre les investisseurs ". Or, dans les faits, cela ne semble pas être le cas. C'était pour les écouter, les assister et les avertir " pour la dernière fois " que le wali a convié les investisseurs et les promoteurs immobiliers. Sur fond d'un constat peu reluisant, avec comme indice macro un " faible taux de concrétisation ", depuis l'actionnement du dispositif Calpiref, le chef de l'exécutif local commence à s'impatienter. Le déphasage entre la force motrice des pouvoirs publics, et la cadence d'exécution du côté des investisseurs, est tel qu'il fallait, en urgence, localiser " où ça coince ". C'était l'objectif de la rencontre wali-investisseurs, mais ce n'était pas là le seul objectif. Un énième message, vraisemblablement " l'ultime ", qui ne souffrait d'aucune nuance, a été lancé par le wali, à l'endroit de tous ceux qui ont dépassé le délai convenu, pour le lancement de leurs projets, sur la base desquels ils ont été attributaires d'un acte de concession de foncier, établi par le comité d'assistance et de localisation de la promotion d'investissement et de régulation foncière (Calpiref). " De la même façon qu'on a ouvert grande la porte, on la refermera.  

Medjadji H
Lundi 21 Janvier 2013 - 00:00
Lu 428 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+