REFLEXION

INTROUVABLES SUR LES ETALS :Manque de produits alimentaires importés



Depuis quelques jours, certains produits alimentaires d'importation ont manqué sur les étals de certains magasins et grandes surfaces commerciales. A Oran, certains commerçants avancent que cette situation trouve son origine dans la dernière décision de baisse de la facture des importations, alors que d'autres avancent que certains importateurs appréhendent déjà la nouvelle loi de finances 2013 avec l'espoir d'une baisse de la taxe douanière. «Depuis près d'un mois, certains produits alimentaires d'importation ont manqué, comme le café instantané, la mayonnaise, certaines marques de chocolat, les conserves, les gâteaux et confiseries, les légumes secs», dira un grossiste. Avant d'ajouter, «certains importateurs ont décidé de n'importer que les produits de première nécessité et qui s'écoulent facilement sur le marché en attendant la nouvelle loi de finances, notamment avec le nouveau gouvernement». Notre interlocuteur a aussi souligné que les prix de certains produits d'importation ont connu une hausse. En effet, la facture des produits alimentaires a diminué de 424 millions usd, passant de 3,94 milliards de dollars (mds usd) durant les cinq premiers mois de 2011 à 3,51 milliards usd, selon les chiffres du Centre national de l'informatique et des statistiques des douanes (CNIS). La chute de 10,78% de la facture alimentaire de l'Algérie a engendré une baisse de 8,75% des importations globales du pays. Ce recul de la facture alimentaire est dû à une baisse des différents produits importés. Il s'agit essentiellement du groupe céréales, semoules et farines qui a connu une baisse de 32,2%, puisque la facture est passée de 409,29 millions usd en mai 2011 à 277,74 millions usd à la même période de l'année en cours. La valeur des importations du groupe «laits et produits laitiers» a également baissé de plus de 4%, passant de 140,98 millions usd à 135,33 millions usd, rappelle-t-on. Par ailleurs, les Oranais assistent impuissants, depuis quelques jours, à une nouvelle envolée spectaculaire et surtout soutenue de la mercuriale. Partout où on tourne la tête, les prix flambent. En dépit d'une abondance des produits agricoles (fruits, légumes, viandes…), les prix sont jugés excessivement chers. La tomate est à 100 dinars, les haricots verts à 200 dinars et la pomme de terre à partir de 70 dinars ! La laitue nargue les pauvres ménagères avec son prix qui n'est guère descendu sous la barre des 180 dinars. Pour les carottes, elles sont cuites. Leurs prix oscillent entre 100 et 120 dinars le kilo. Concernant les fruits, leurs prix ont carrément explosé. Les bananes à 150 dinars. Les pommes restent indétrônables avec des prix intouchables, le kilogramme étant cédé entre 260 et 320 dinars. Les marchands de fruits et légumes invoquent une multitude de raisons, sans jamais convaincre.                 

Medjadji H
Lundi 12 Novembre 2012 - 00:00
Lu 263 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+