REFLEXION

INCROYABLE MAIS VRAI A MOSTAGANEM : Un membre de l'APW, courtier dans l'immobilier

A Mostaganem, on y voit de toutes les couleurs et on en a pour tous les goûts. Si, sous d'autres cieux, les élus légifèrent et décident de l'avenir de leurs compatriotes, à Mostaganem, on verse carrément dans le trabendo sous toutes ses formes.



Faisant fi de toutes les lois et ignorant même le principe de l'attitude ou l'obligation de réserve, un membre de l'assemblée populaire de wilaya de Mostaganem s'adonne en plein jour au trabendo et à la magouille en se présentant devant certaines gens comme un véritable courtier dans le circuit du logement. En effet, certaines informations fiables font état de l'achat par cet élu de pas moins de six logements tous types confondus allant de la villa au simple appartement d'immeuble. Cependant, et selon toujours ces informations, cet indélicat élu n'achète pas réellement ces logements, il utilise plutôt une ruse en profitant de la naïveté des gens pour leur subtiliser le maximum possible d'argent qu'il empoche sans le moindre remord.
Comment procède t-il ?
Comme c'est un individu qui a pignon sur rue, rien ne lui échappe, il est au courant de toutes les transactions, qu'il s'agisse de vente de voiture, d'appartement, de terrain ou encore de bêtes, il est partout, avec son portable constamment à l'oreille à courir derrière l'oseille et la bonne affaire, il a du flair comme on dit. Alors , une fois qu'il ait vent d'une vente d'une maison actée, il se précipite pour la visiter et en proposer un prix, une fois l'accord conclu avec le propriétaire des lieux ou avec le l'intermédiaire chargé de la vente, généralement un maquignon, il lui verse un acompte ne dépassant pas dans la majorité des cas la somme de 50.000 DA soit cinq millions de centimes, cette avance lui servira de prétexte pour pouvoir rassembler la totalité de la somme restante, mais ceci n'est qu'un subterfuge utilisé uniquement pour gagner du temps. Ce temps est destiné à trouver un potentiel acheteur de ladite maison et pour ce faire, il met en branle ses réseaux informels implantés à travers tout le territoire de la wilaya. Une fois l'acheteur localisé, il lui proposa d'aller visiter les lieux . Marché conclu, la maison est vendue à 3.500.000,00 DA soit trois cent cinquante millions de centimes, achetée par ses soins, il y à peine quelques jours à 2.000.000,OO DA (Deux cent millions de centimes), soit un gain de 150 millions de centimes, voilà ce qu'on appelle l'appât du gain. Il suffit de verser un cautionnement de 5 millions de centimes pour en tirer un profit de 145 millions de centimes, il faut le faire et ce n'est pas donné à tout le monde. Ne diton pas "Qui ne tentera rien n'a rien", même dans l'illégalité ça marche à Mostaganem.
Comment récolte t-il beaucoup d'argent sans payer d' impôts?
Tout d'abord, aucune transaction n'est accomplie avant que le logement ne soit vendu d'une manière définitive à son nouveau propriétaire, quoique ce logement ait été déjà vendu à plusieurs reprises entre maquignons sur parole. Notre élu-maquignon s'est payé dernièrement pas moins de six logements qui les a, tous retenus en versant une avance pour chacun d'eux, ces acomptes seront considérés comme des cautionnements lui permettant de retenir les logements en question pour une durée déterminée, durant laquelle, il mettra ses réseaux en marche pour la revente de la totalité des appartements et c'est grâce à la complicité des uns et des autres que cette activité interdite et illégale s'amplifie à Mostaganem. Elle se base essentiellement sur l'activisme de certains réseaux faisant passer sous le nez de l'administration des impôts toutes les transactions frauduleuses , pour trois ou quatre opérations de ce genre assujetties aux taxes, il n'y en aura qu'une seule qui sera finalement imposée. Si pour un logement le gain est de 150 millions de centimes, imaginez pour les six qui sont mis en vente. C'est une fortune non déclarée, donc non imposable.
Désormais, c'est de cette manière qu'opèrent certains élus en utilisant leurs positions d'élus de la première instance populaire locale, faisant fi de toutes les lois de la République. Ils sont là pour le gain facile pas pour autre chose, sinon pourquoi ces manières d'agir qui sont contraire à l'étique et au principe même de l'éducation. Il est grand temps pour le législateur d'inclure le critère du niveau d'instruction pour toute candidature à une assemblée populaire et d'introduire également le principe de la déclaration du patrimoine pour tout nouvel élu appelé à occuper un poste de responsabilité.

Riad
Lundi 18 Janvier 2010 - 11:23
Lu 904 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+