REFLEXION

IMPACT DE LA BAISSE DU COURS DES HYDROCARBURES SUR L’ECONOMIE ALGERIENNE : La théorie de l’Intelligence Économique comme outil de prévision

En tant qu’Algérien qui a vécu le drame des années 1990/2000, 200.000 morts selon les officiels sans compter plus de 20 milliards de dollars de destruction des infrastructures au cours de l’époque, je dis plus jamais cela. La crise économique, sociale et en grande partie politique est due à la chute du cours des hydrocarbures de 1986 dont les ondes de chocs ne se sont fait sentir que vers la fin des années 1989, dans la mesure où il y a eu révolte contre l’Etat providence qui ne pouvait plus assumer la distribution de la rente pour calmer le front social. A t –on tiré les leçons de ce drame national ? Il s’agit de faire un bilan sans passion. Le secteur industriel représente moins de 5% du produit intérieur brut, et sur ces 5%, environ 95% étant des PMI-PME peu initiées au management stratégique.



La superficie économique globale  est  représentée par 83% de petits commerce-services et la sphère informelle représente plus de 50% de la superficie économique.  Ainsi, 70% de la valeur de la monnaie (le dinar algérien) et du pouvoir d’achat des Algériens sont corrélés aux recettes des hydrocarbures,   96/98% des exportations et important  70% des besoins des ménages et des entreprises publiques et privées dont le taux d’intégration ne dépasse pas 15%.  Environ sur 62 milliards de dollars de dépenses de fonctionnement prévues en 2015, 80% sont consacrés aux salaires et aux transferts sociaux, qui avec les subventions représentent 60 milliards de dollars  soit 27/28% du produit intérieur brut. Selon les derniers rapports du FMI, « l’orientation budgétaire expansionniste de ces dernières années a cependant rendu la situation budgétaire vulnérable aux fluctuations des cours du pétrole, le prix permettant d’équilibrer le budget étant aujourd’hui supérieur à 100 dollars le baril ». Dans ce cadre, je   considère que sans  planification stratégique, des informations fiables au temps réel,  un Etat est comme  un  aveugle. D’où l’importance d’intégrer la théorie de l’Intelligence Economique dans toute vision d’ensemble, objet de cette présente contribution
 
1.-Maîtrise de l’information et Intelligence Économique
Je définirai l’’intelligence économique(IE) comme l’ensemble des actions coordonnées de recherche, de  traitement et de distribution, en vue de son exploitation de l’information utile en vue de son exploitation à des fins d’optimalisation des actions , aux  acteurs militaires   et économiques face à  leurs concurrents internes et externes. Elle doit s’intégrer dans le cadre d’actions   menées dans les  meilleures conditions de qualité, de délais  de coût et de sécurité, mobilisant à cet effet   des moyens, humains, et financiers, des méthodes de travail, des outils, informatisés ou non, de  recueil et surtout d’analyse de cette information. Cependant il faut distinguer La "Veille" qui est la récolte, le stockage, le  partage de l’information selon des besoins identifiés  et des procédures prédéfinies. L’Intelligence Economique analyse de l’information obtenue et réalise des  réflexions  prospectives  permettant d’anticiper des évolutions  et de prendre des décisions rapides, la maîtrise du temps étant le principal défi des gouvernants en ce XXIème siècle. Ainsi sont analysés la perception de l’environnement, les évolutions et  l’adaptation stratégique, l’innovation, continue  et enfin la sécurité de l’information, l’anticipation des  risques, et donc le contrôle du système d’information. Le modèle d’Intelligence Economique recouvre trois concepts ; les données, l’information  et la  connaissance. Cette dernière est l’ensemble  d’informations interprétées  permettant de prendre des décisions, les passages par ces trois concepts se faisant de la manière  suivante: «Je veux la bonne information au bon moment !» Pour cela je dois définir des objectifs ;  rechercher et collecter des données ; trier et stocker les données et enfin disposer d’informations pertinentes.  « Comment puis-je rendre l’information utile ?» Une fois les objectifs globaux en  matière  d’information arrêtés, et les missions de recherche, collecte, tri et stockage  validées, je dois  analyser l’information, exploiter les résultats de manière à faire ressortir les aspects aidant à la prise de  décision.  Ainsi, la maitrise de l’information en temps réel, au sens large,  n’étant pas le quatrième pouvoir mais le pouvoir lui même, devient un enjeu stratégique  tant pour un pays que pour la sureté de  l'entreprise, afin de défendre sa compétitivité.  Un pays ou une   entreprise aura un  avantage comparatif par rapport à  ses concurrents si elle  possède, avant les autres, les bonnes informations au bon moment. Cela concerne  tant les  connaissances, aides à la décision,  militaires, politiques, économiques  notamment des marchés, d’informations  juridiques,  technologiques. Les systèmes d'information sont donc  au cœur de l’Intelligence économique, et ce en utilisant les technologies modernes. Les TI  (technologie de l’information) sont un ensemble de technologies utilisées  pour aider le SI  à traiter, modifier et échanger des informations, plus spécifiquement  des données numérisées.  L’information circule plus vite et plus facilement grâce aux avancées  technologiques  permanentes (réseaux téléphoniques, fibres optiques, WIFI, GPRS, UMTS...) et à la  multiplication des capacités de stockage, de traitement et de manipulation.
 
2. Enjeux politiques, économiques et technologiques de l’intelligence économique :
Les enjeux  politiques  ayant des incidences diplomatiques consistent à espionner son adversaire mais sans se  faire prendre. Cela existe depuis que le monde est monde mais avec plus de perfections. Les informations obtenues permettent  d’anticiper les évènements et les tendances  dans l’environnement interne et externe  La connaissance qui en résulte aide  les politiques  et les dirigeants politiques dans la planification des actions futures. Maitriser les enjeux économiques  de l’utilisation de l’intelligence économique acquise à l’extérieur renforce l’avantage concurrentiel des entreprises nationales, la sécurité économique étant   partie intégrante de  la sécurité nationale au même titre que la sécurité militaire. C’est pour cette raison,  que les gouvernements apportent leur assistance  dans l’enseignement et l’éducation des dirigeants d’entreprise, afin qu’ils utilisent  l’intelligence économique pour renforcer leur habilité en  matière de gestion, ainsi que l’appui au secteur économique  pour l’accès au volume  important d’informations sur le commerce international détenu par les départements et agences ministériels. Les enjeux technologiques liés aux facteurs précédents renvoie au processus de la mondialisation vivant dans un monde de plus en pus turbulent et incertain ou toute Nation qui n’avance pas  recule forcément n’existant pas de statique  en économie. Il existe un  seul endroit où les présidents en voyage officiel ne peuvent pas visiter, ce sont les laboratoires  de recherche  stratégiques. Dans un contexte de concurrence internationale de plus en plus rude, la propriété  industrielle sous divers aspects (brevets, marques, modèles, savoir-faire, droits  d’auteurs, veille technologique, secret, protection de logiciels, transfert technologique,  accords de licence, droit de la concurrence, etc.) devient de plus en plus un enjeu  majeur.
 
3.  L’Intelligence Économique et le danger du  piratage informatique
Le piratage informatique  est apparu au début des années 80 et n’a cessé d’évoluer  en s’adaptant régulièrement aux progrès des Tic avec la progression du piratage «professionnels Depuis l’apparition des intranets et des extranets, l’information se diffuse plus  rapidement et plus largement hors des  frontières, acquérant ainsi une  telle valeur stratégique que l’enjeu est désormais de se l’approprier par le piratage  industriel, proche de l’espionnage.  Parmi les techniques de piratage couramment utilisées depuis une vingtaine  d’années, notons les divinations de mots de passe.  En réalité, le piratage informatique  tel que nous le  connaissons  n'est que la partie submergée d'un iceberg de techniques destinées au vol  d'informations par le biais de nouveaux réseaux.  Si l’on prend une technique ancienne celle du Web, elle repose sur l’idée de traçabilité : il devient possible  pour toute  personne qui a des droits d’administration sur un site Web d’accéder aux fichiers log  de ses serveurs. Ce fichier texte comporte la trace laissée par les internautes qui ont visité son site et en particulier des informations relatives à l’adresse IP permettant de  localiser géographiquement l'ordinateur connecté, la date de connexion, la page  chargée, la requête posée éventuellement au moteur de recherche avant  d’arriver sur  cette page.. Les hackers utilisent par exemple le « social engineering », ou ingénierie sociale,  qui leur permet d'obtenir des informations confidentielles telles que des mots de passe  ou des numéros d'accès aux réseaux. La technique consiste par exemple à se faire  passer, le plus souvent par téléphone, pour un technicien informatique qui a  rapidement besoin d'un accès (un mot de passe) à un ordinateur ou un réseau pour y  effectuer une maintenance. L'apparition du  mail  a  considérablement augmenté ce  type de requête, à tel point que les responsables  informatiques doivent désormais systématiquement signer  numériquement leurs mails afin d'en prouver l'authenticité.. Mais il ne s'agit pas là de la seule façon dont  disposent les sites Web pour ficher  les  internautes. En effet, d'autres  techniques sont bien plus efficaces  : variables  d'environnement envoyées automatiquement par les navigateurs vers les serveurs  distants afin d'établir et de synchroniser la connexion ; fichiers registres contenant  pour certains des informations sur les logiciels installés sur un ordinateur  et pour  d'autres des informations relatives aux connexions internet ; logiciels-espions  inventoriant les disques-durs ou spécialisés dans la récupération de certaines données  (spywares, keyloggers, programmes de mises à jour automatiques). Ces techniques combinées aux techniques classiques d’exploitation des fichiers log  permettent à leur détenteur de récolter de nombreuses informations précieuses : adresse IP permettant de localiser géographiquement l'ordinateur connecté, nom et coordonnées du propriétaire,  liste des logiciels installés sur les disques-durs, contenu des disques-durs,  numéros de série des logiciels, du micro-processeur et de la carte-réseau.).  Mais les vols de documents ne se produisent pas seulement en accédant, à distance ou  non, à un ordinateur ou un serveur, mais également  par les photocopieuses modernes,  une copie étant enregistrée sur le disque dur de la machine. Les copieurs et les machines multifonctions les plus  modernes stockent les informations avant de les imprimer ; des experts en  informatique peuvent donc ensuite très facilement récupérer ces informations, d'autant plus que la plupart étant connectées à un réseau, soit via un PC (imprimante partagée), soit grâce à une adresse IP propre.
En résumé, l’Intelligence Économique et sa gestion stratégique, tenant compte des nouvelles mutations géostratégiques mondiales et des innovations technologiques, notamment dans le domaine de l’information, est devenue pour tout État et toute  entreprise l’un des moteurs essentiels de sa bonne gouvernance  et de  sa performance. Cela interpelle d’autant plus l’Algérie face aux enjeux géostratégiques notamment au Sahel et notamment en Afrique qui devrait connaitre d’importants bouleversements géostratégiques et en cas de chute du cours des hydrocarbures  sur plusieurs années qui risque de conduire à des tensions budgétaires. La maîtrise de l’information devrait aider à réduire  les coûts   de mieux cibler l’allocation des ressources afin d’atteindre l’optimum économique et social  global. Toutes les institutions et tous les opérateurs économiques en Algérie  doivent en prendre conscience que s’ils mettent  en œuvre  les Tic, permettant à l’évidence d’augmenter  leur potentiel de développement à long  terme, cela comporte des risques. Non seulement ils peuvent livrer à leurs concurrents des informations permettant de réduire leur stratégie  de recherche, mais, par le piratage,  ils exposent leurs réseaux informatiques aux techniques et  technologies de  récupération automatique de données via l’internet. Face à la mondialisation, en ce monde turbulent et incertain, la maîtrise  de la théorie de l’intelligence économique, se fondant sur un processus de développement participatif et citoyen , la bonne gouvernance   et la valorisation de l'économie de la connaissance, est un outil efficace de prévision afin d'éviter les errements  et donc une gestion de la  sécurité nationale.   

 

Réflexion
Mercredi 10 Décembre 2014 - 10:50
Lu 1203 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+