REFLEXION

IMMEUBLE OUARSENIS A MOSTAGANEM : Un muret tenu par une corde à linge

A l’exception de deux ou trois immeubles qui restent encore « potables et vivables » à Mostaganem, c’est quasiment tous les autres immeubles qui sont dans un piteux état. C’est le muret de la terrasse du bâtiment ‘’Ouarsenis ‘’qui tombe en ruine et menace, d’effondrement. Les locataires de l’immeuble n’en démordent pas de crier à qui veut les entendre que la situation est grave en dépit du mutisme affiché par les responsables de la ville. En dernier recours de dernière instance, ils en appellent au wali.



En effet, interpellé par des résidents de l’immeuble, datant des années 60, en question, notre quotidien « Réflexion » s’est fait l’écho d’un cri lancé, en direction des responsables de la cité, par des habitants angoissés par la menace de ruine de la  ceinture murale qui protège la terrasse de leur immeuble. Mais rappelons quand même que ce dernier, est composé de 9 étages avec ses 60 locataires et un parking souterrain de plusieurs mètres carrés (qui, du reste pose le problème de la légalité de son exploitation…).Le vieux bâti commence par de simples fissures, se lézarde et des  craquelures apparaissent ici et là, avec des brèches, un peu partout .Concernant cet  immeuble « l’Ouarsenis »,d’après les locataires qui nous ont saisi et avons publié à ce  sujet ,déjà en Février 2009, en mai 2013 et en Octobre 2015, la situation est restée  stationnaire mis à part le fait qu’une « commission technique Ad-hoc » est intervenue pour la destruction de la partie Nord de la terrasse, donnant vue sur la route d’Oran .Elle a dû dresser un Procès-verbal de constat qui n’a même pas été notifié aux locataires sinon, aucune décision concrète de travaux de confortement de la ceinture à muret n’a été décidée. Depuis, c’est le silence total sur cette affaire pendant que le délabrement du mur « Ouest », d’où l’on peut voir le Commandement de la Gendarmerie nationale continue d’avancer tout doucement et le comble, ce muret de protection de la terrasse a été attaché par « une corde à linge » pour, soi-disant, lui éviter une rupture qui le ferait écrouler depuis plus de neuf étages et on aurait tout vu ! De l’improvisation à une médiocrité qui verse dans le ridicule mais, il faut voir pour croire ! D’après les déclarations d’un locataire du 9 ème étage, le plus à cheval sur cette affaire, il signale que c’est suite aux travaux de ravalement de façade effectués par 2 entreprises de peinture entre 2004-2005-2006 que les choses ont commencé à se gâter puisqu’une partie de la ceinture murale, servant de protection de la terrasse a été sérieusement endommagée par le poids et le mouvement des échafaudages installés pour les travaux .En fait, historiquement, il est dit que c’est en date du 05 Août 2008 que les premières correspondances ont été adressées au service de l’urbanisme de l’APC de l’époque qui a accordé, à quelques membres de l’association d’alors, une simple audience protocolaire qui n’a été suivie d’aucun effet propre à situer les responsabilités des faits ni à engager des travaux de réhabilitation de la terrasse pour la protection des tiers au moins par « de prévention ».Depuis le temps, nous dit M. Debbahi Noureddine, locataire du 9 Eme étage,que le service chargé de l’urbanisme, au niveau de l’APC a été informé plusieurs fois mais s’est enfermé dans un mutisme. Il ajoute que des correspondances ont été adressées à l’APC de Mostaganem, la Daïra, à la Wilaya, à la  Direction de l’Urbanisme et à la Direction de la Protection Civile. A ce jour, notre interlocuteur qui nous a fait visiter les lieux auparavant se dit profondément soucieux des éventuels risques qui peuvent venir à n’importe quel moment et se dit, notamment, extrêmement choqué que les autorités locales saisies ne puissent pas, manifester un peu d’attention à la chose publique et à la sécurité des citoyens et cela depuis de nombreuses années. Et comme le syndicat de copropriété de l’immeuble n’existe plus, la gestion de l’immeuble, n’existe pas comme partout, et n’arrange pas du tous les choses. C’est aussi dans un souci de prévenir les éventuels accidents pouvant survenir de la réelle menace d’effondrement du muret de la terrasse que M.DEBBAHI.N s’est adressé à nous, encore une fois, pour interpeler la sagesse et le pouvoir de M. le wali de la wilaya afin qu’il puisse user de tout le poids de son autorité pour intervenir dans ce dossier en vue de son règlement et de mettre fin à l’angoisse des locataires.

 

Younes
Mardi 23 Août 2016 - 19:01
Lu 1032 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+