REFLEXION

ILS TENTENT D’ATTIRER L’ATTENTION DES AUTORITES CONCERNEES : Les armateurs de pêche en colère

C’est la mobilisation générale chez les armateurs propriétaires de sardiniers qui veulent attirer l’attention des responsables locaux et nationaux sur ce qu’ils qualifient de massacre irresponsable de la ressource halieutique nationale. En effet, les professionnels de la pêche dénoncent encore une fois le laxisme des autorités concernant l’usage de filets pélagiques à mailles ultra fines qui raclent systématiquement les fonds marins, détruisant au passage les alevins et les œufs dont l’éclosion date de quelques jours, voire de quelques semaines.



ILS TENTENT D’ATTIRER L’ATTENTION DES AUTORITES CONCERNEES : Les armateurs de pêche en colère
Les chalutiers qui utilisent depuis plusieurs années déjà les fameux filets pélagiques qui sont par ailleurs totalement interdits à la pêche sont tous visés. Dans ce cadre,  Mercredi dernier, quelques 50 armateurs se sont regroupés au niveau de la chambre de la pêche afin de débattre de la situation de leur activité et tenter d’attirer l’attention des autorités  concernées sur l’état de fait alarmant du secteur de la pêche. Les armateurs de sardiniers, dans une lettre destinée à leur tutelle, dont une copie a été envoyée au nouveau ministre de la Pêche, font part «de leurs inquiétudes sur l’avenir de la pêche et sur la situation financière des armateurs de sardiniers». Ils stigmatisent certains pêcheurs qui utilisent des filets à cordes, soulignant que ce type de matériel est interdit dans l’Union européenne, car ces filets ratissent tout ce qu’il y a dans la mer, empêchant ainsi le développement des espèces marines. Ces derniers dénoncent, dans cette lettre,  les pratiques néfastes et dévastatrices des chalutiers qui ratissent les zones d’exclusion telles que définies par l’Etat, et ils insistent sur ses conséquences sur l’état actuel de la pêche, ainsi que sur la rareté et sur la cherté du poisson. Par ailleurs, il souligne que ce ralentissement de l’activité se répercute sur la santé financière des armateurs qui ne peuvent de ce fait payer les assurances ni assurer l’entretien et le renouvellement du matériel. Suite à la diminution drastique des captures, nombreux d’entre eux se retrouvent pris en otage par les frais inhérents à leur activité régulière, et par le remboursement des échéances auprès des banques. La  plupart des armateurs ayant contracté des crédits dans le cadre de la relance de cette activité, mis à part quelques cas particuliers, ne parviennent plus à honorer les échéances. Ils expliquent cette situation par la baisse des captures dont ils attribuent l’origine aux pratiques néfastes de l’autre partie des armateurs qui ne cessent d’utiliser des filets qui ne laissent aucune chance de renouvellement.  

D.H
Dimanche 7 Avril 2013 - 09:14
Lu 232 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+