REFLEXION

ILS SE DISENT EXCLUS ET MARGINALISES : Des ingénieurs en biologie protestent et dénoncent

Fatigués d’attendre une stabilisation dans le monde actif, espérant la moindre insertion parmi le personnel titulaire des organismes publics où ils exercent, les ingénieurs en biologie, à l'instar des autres diplômés universitaires, protestent vivement contre leur marginalisation et leur exclusion de toute forme d’intégration au monde "réel" du travail.



Une  délégation représentant, la centaine d’ingénieurs en biologie, exerçant en qualité de laborantins, au sein des différents laboratoires des hôpitaux, ainsi que les laboratoires d'hygiène de la wilaya, viennent de saisir le journal "Réflexion" pour protester contre leur marginalisation dont ils sont  victimes depuis l'année 2003. Ces derniers se sentent lésés, vu qu’ils n’ont pas été titularisés au sein des services où ils exercent, toujours dans le cadre du pré-emploi, en étant exclus de tous les avantages et toutes les  formes  de promotion. Certaines biologistes, « s’agissant de femmes » activant au sein du laboratoire d'hygiène de la wilaya, sis à "Lalla  Kheira" se disent victimes de ségrégation professionnelle, elles  affirment avoir été invitées à la dernière minute afin de déposer les dossiers de candidature, pour participer  aux concours d’intégration au sein du personnel  de la santé, organisée par la direction de la santé. Dénonçant cette mise à l’écart, elles se disent,  souvent  empêchées de  réclamer leurs droits, elles dénoncent également les faveurs accordées à certains autres  employés tous sexes confondus moins  expérimentés  qui  accèdent facilement aux postes d'emploi, alors qu’elles « les concernées », bénéficiant  d'une ancienneté dans le service qui dépasse, facilement 05 années d’exercice demeurent toujours écartées de la titularisation aux postes occupés.    Face à cette gestion trop "opaque" pour l’accès aux postes d’emploi  attribués sur concours, les biologistes interpellent les responsables concernés pour un peu  plus de transparence, dans l'octroi de ces postes et surtout de définir clairement les critères  d’accès  qui semblent à présent, répondre  juste à cette forme toujours en usage et qui n'est malheureusement que le favoritisme,  érigé  en  maître  des lieux au cours de l'organisation de ces concours de simple formalité administrative.   

L. Ammar
Mercredi 1 Janvier 2014 - 17:33
Lu 185 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+