REFLEXION

ILS ONT INAUGURE LEUR PROPRE PISCINE DANS LE JARDIN DE L’EMIR AEK : Des enfants au secours de l’APC de Mostaganem

Le projet de l’aménagement du jardin ‘’Emir Abdelkader’’ à Mostaganem, ‘’alambiqué’’ toujours par la lenteur des travaux, à pas de tortue malgré les milliards injectés, n’a pas trouvé que des enfants en bas âge pour lui venir en aide. En effet, ces petits démons en quête d’espace de divertissement, ont eu l’idée de transformer un espace du chantier, laissé à l’abandon, en piscine. La photo jointe témoigne que ces enfants, malgré leur conduite enfantine, jouissent d’une capacité à gérer un projet à l’arrêt et témoigne encore plus que la ville de Mostaganem est plus grande que ses élus !



Malheureusement et comme toujours, le citoyen n’est pas au bout de toutes ses peines auxquelles l’APC l’a habitué, presque quotidiennement. Cette fois- ci  à notre  grand étonnement, de passage au  Jardin’’ Emir Abdelkader’ de Mostaganem, nous avons découvert  que des enfants, auraient  profité de l’absence de gardiens, et auraient détourné le tuyau d’eau servant à l’arrosage du gazon pour remplir un genre de lac, improvisant ainsi une piscine, pour se rafraichir en ces moments de grande chaleur au su et au vu de tout le monde. Encore une situation dégradante et apparente qui met en cause comme toujours, l’APC de Mostaganem, ainsi que certains des agents employés en son sein, très souvent montrés du doigt pour la prise en charge de leurs missions ou des tâches qui leurs sont confiées dans le cadre de l’exercice de leurs fonctions. Voir dans ce jardin, des enfants livrés à eux-mêmes confrontés à tous les accidents possibles pouvant survenir, suscite beaucoup d’interrogations de la part de citoyens. Cette sorte de fosse ou autre, réservée à ce qui a été décidé, ne peut en aucun cas, être utilisée au préalable de son aménagement par  des intrus et qui ont pénétré dans ce jardin en pleine construction et restauration. A cet effet, beaucoup se demandent où sont passés les gardiens du jardin, si gardiens il y a, et que la mise en poste propre à la mairie a pu prévoir ?  Alors dans un pareil cas de violation, qui doit rappeler ces enfants à l’ordre aux fins d’alerter leurs parents pour d’éventuelles possibles sanctions ? Notons qu’à l’instar des  nombreuses carences récurrentes constatées quotidiennement et qui mettent en évidence à nu la négligence et le laisser-aller, de certains responsables et personnes censés prendre en charge les destinées de la commune de Mostaganem ainsi que  le bien être des habitants, plusieurs mostaganémois se demandent quel serait l’avenir de Mostaganem. Ce constat amer, qui confirme encore une fois l’absence du suivi et du contrôle  prouve bien que l’autorité est absente. Il est regrettable de rappeler, encore une fois, qu’il n y a pas un jour où cette manière de  gérer est remise en question par des citoyens qui ne cessent d’interpeller  le président de l’APC, en sa qualité de premier magistrat de la ville, ainsi que ses collaborateurs, pour une meilleure prise en charge de la commune, à savoir la protection de l’environnement et les espaces verts. Tout le monde espère que peut être que le rappel à l’ordre de M. le wali la semaine dernière, à l’encontre de ces élus aura un effet positif et une amélioration de la situation tant dénoncée par la population. 

B.ADDA
Dimanche 22 Juin 2014 - 10:56
Lu 484 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+