REFLEXION

ILS ONT DROGUE ET LIGOTE UN HOMME D’AFFAIRES AVANT DE LE VOLER : Une femme et ses 2 complices condamnés à 10 ans de réclusion à Oran

Le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran a condamné trois coupables à une peine de 10 ans de réclusion criminelle pour le crime de constitution de bande de malfaiteurs, et vol qualifié, parmi eux, une jeune femme, âgée d’une vingtaine d’années.



Les faits de cette affaire scabreuse remontent à la date du mois de juin 2012, après que le gardien de la victime s’est présenté au poste de police pour déposer une plainte officielle, invoquant qu’il a été surpris après son retour au domicile de la victime, d’avoir découvert cette dernière qui est employé chez elle, ligotée et blessée au niveau de la tête, où il avait appelé immédiatement à l’aide, et la victime a été évacuée en urgence vers l’hôpital pour une prise en charge médicale, où elle a été également entendue par la police. La victime a évoqué que ce jour là, elle se trouvait dans un hôtel de luxe à Oran, au moment où une jeune fille s’est présentée à lui en lui demandant de lui tenir compagnie, ce qui s’est évidemment passé. Après que la soirée s’est terminée, la victime avait demandé à la jeune fille de l’accompagner à son domicile situé à Canastel, sachant que la victime est un homme d’affaires bien connue à Oran. Après l’arrivée de la victime à son domicile en compagnie de la jeune fille, elle a rejoint directement la salle de bain pour se barboter, alors que la jeune fille profitant de cette occasion, lui administra un sédatif  dans son verre. Après avoir consommé le contenu, la victime plongea dans une profonde léthargie, où elle avait à peine entendu la jeune fille appeler ses complices pour rejoindre rapidement le domicile de la victime, où l’un deux après son arrivée, est allé directement ligoter la victime pour lui voler une somme de 120 millions de centimes qui se trouvait dans un coffre, en plus des bijoux de son épouse, avant de disparaitre dans la nature tous les trois. Au reçu de l’information, une enquête a été ouverte par les services de sécurité autour de cette affaire qui a conduit immédiatement à l’identification de la fille qui est originaire de Mostaganem, trahie par le  téléphone portable de la victime qui se trouvait toujours à sa portée et qui était muni d’un code spécial. Après son arrestation, et son interrogatoire, elle a dénoncé ses deux complices qui ont été à leur tour appréhendés et présentés à la justice pour être condamnés aux peines de prison citées supra.

Touffik
Lundi 14 Juillet 2014 - 11:16
Lu 637 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+