REFLEXION

ILS AVAIENT POSSEDE SUCCESSIVEMENT UNE VOITURE VOLEE : Un an de prison ferme pour chacun des 5 accusés



ILS AVAIENT POSSEDE SUCCESSIVEMENT UNE VOITURE VOLEE : Un an de prison ferme pour chacun des 5 accusés
Le tribunal correctionnel d’Oran a statué avant-hier sur une sombre affaire de vol de voiture mettant en cause 5 individus habitués dans les transactions plus ou moins claires des véhicules. Les dénommés A.M., B.M., B.L., M.H. et A.J., ont tous successivement possédé le véhicule volé au début de l’été 2007. C’est à cette date que le propriétaire, dénommé A.B., a signalé la disparition de son véhicule. Le temps a passé et la malheureuse victime avait perdu tout espoir de revoir sa voiture. Elle pouvait aller et venir devant lui sans qu’il puisse la reconnaître. Mais comme on dit, « un bien acquis honnêtement n’est jamais totalement perdu. » Dans ce cas, l’adage s’est effectivement vérifié. Trois années après, presque jour pour jour, les éléments des services de sécurité, au cours d’un contrôle, mettent la main sur le véhicule dont le vol avait été signalé. L’occupant interrogé a déclaré qu’il ne savait pas qu’il s’agissait d’un véhicule volé, et a indiqué le nom de la personne qui le lui avait vendu. Le premier vendeur indique le nom du deuxième vendeur… et ainsi de suite. On apprendra ainsi que le véhicule en question avait changé cinq fois de main depuis sa disparition en 2007, sans qu’aucun de ses acquéreurs successifs ne pose de question sur son origine ni ne procédé aux vérifications des documents administratifs accompagnant le moyen de locomotion. Ce que les enquêteurs ont logiquement refusé de croire. Car, comme chacun le sait, lors d’un achat de véhicule, on procède aux vérifications des documents et on vérifie leur conformité avec le numéro de châssis, etc. avant même de marchander le prix. D’autant que tous les individus concernés sont des courtiers dans la filière de véhicules. Mais certains d’entre eux peuvent fermer les yeux, car ils passent le véhicule et ses « papiers» directement à l’acquéreur sans mettre le mettre à leur nom. C’est le vendeur, en amont, et l’acheteur en aval qui sont mis en contact pour la conclusion administrative de la vente. Devant le tribunal, tous les mis en cause ont déclaré qu’ils ignoraient que le véhicule était volé. Le procureur général a demandé l’application de la loi pour cette affaire. Après délibérations, les membres du tribunal ont déclaré les cinq accusés coupables et les ont condamnés à 1 an de prison ferme chacun.

A. Salim
Vendredi 12 Novembre 2010 - 22:01
Lu 247 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+