REFLEXION

IL SE CHIFFRE A PLUS DE DEUX MILLIONS D’UNITES : Le secteur du logement attire les convoitises

L’immense marché algérien du logement qui se chiffre à plus de deux millions d’unités suscite convoitise et polémique et éveille encore l’attention des investisseurs étrangers qui ne cessent de peupler les départements du ministère de l’Habitat pour arracher des contrats de marchés.



Les entreprises algériennes, vivement critiquées pour leur faible performance, se cherchent une place dans l’ambitieux programme de deux millions de logements tracés pour la période 2010-2014. Le patronat rejette les critiques, et s’en prend à son tour au gouvernement, qui veut recourir massivement aux entreprises étrangères pour combler le retard. Pour les spécialistes, c’est le programme lui-même qui parait démesuré. Après l’euphorie des premiers moments, la polémique. Le programme de construction de logements 2010-2014, lancé en grande pompe en Algérie, a attiré les convoitises des  entreprises étrangères qui veulent s’accaparer ces marchés, ce qui a débouché sur une polémique entre différents partenaires, qui se rejettent la balle. En effet, plus de cinq délégations venant des quatre coins du monde ont visité Alger ces trois derniers mois dans le souci de signer des partenariats avec des entreprises algériennes qui souhaitent à leur tour contribuer à la réalisation des grands projets de logement. En dépit du fait que le plus gros de leurs investissements initiaux soient versés dans d’autres domaines (industriel ou agroalimentaire), ces pays ont dû les réorienter vers le bâtiment, à l’image des Français, des Italiens, des Américains et même des Catalans qui envisagent de participer à des appels d’offres concernant la réalisation des logements dans le pays. Lors de sa visite cette semaine à Alger la ministre française du Commerce extérieur, Nicole Briqc a annoncé que ses compatriotes sont intéressés par quatre  projets de construction de logements.De même pour le ministre du territoire catalan Santi Vila I Vecenté qui a été reçu cette semaine par le ministre de l’Habitat, Abdelmadjid Teboune et qui souhaite redonner aux villes algériennes une autre vision qui soit similaire aux villes catalanes.Dans ce cadre les Turcs qui arrivent aujourd’hui à Alger avec une délégation de  plus de 300 hommes d’affaires visent aussi le secteur de BTPH en plus de celui du textile et de la sidérurgie. Secteurs dans lesquels le pays d’Atatürk connaît une croissance remarquable.L’attractivité du marché algérien, intervient suite à la récession qui guette ces pays et la baisse des perspectives d’investissement sur leurs marchés internes. En contre partie, l’Algérie pays qui dispose d’une assiette financière considérable et qui lance un programme de 280 milliards de dollars, constitue la nouvelle Mecque  des pays en difficulté pour redonner un souffle à leurs entreprises qui risquent le déclin.Par ailleurs, le choix du gouvernement de donner les marchés du BTP aux entreprises étrangères de renommée internationale revient au fait que les responsables algériens se précipitent à la réalisation du programme du président de la république dans ce sens et ne veulent surtout pas avoir des retards dans la réalisation notamment avec la pression sociale qui se fait grandissante concernant la distribution des logements et la forte demande qui prend de l’ampleur. 
 

Ismain
Mercredi 5 Juin 2013 - 08:35
Lu 198 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+