REFLEXION

IL S’EST IMMOLE LA SEMAINE DERNIERE A L’INTERIEUR DU SIEGE DE LA DAIRA DE MOSTAGANEM :Khalid succomba à ses brulures jeudi à l’hôpital de Douéra

Ainsi, Khalid quitta notre bas monde, laissant derrière lui trois enfants sans logement, la cause de son immolation, et une mère qui a tout fait pour le sauver au point de dormir sur le carton à Alger parce qu’elle n’avait pas d’argent pour se payer une chambre dans un hôtel, ainsi que trois frères qui ont manifesté pour sa prise en charge en observant une grève de la faim. Hélas, aujourd’hui, c’est fini ; Allah prendra soin de Khalid, mais sa famille aura-t-elle ce maudit logement que Khalid a payé cher de sa vie !?



IL  S’EST IMMOLE LA SEMAINE DERNIERE A L’INTERIEUR DU SIEGE DE LA DAIRA DE MOSTAGANEM :Khalid succomba à ses brulures jeudi à l’hôpital de Douéra
Le jeune qui s’est immolé par le feu le 26 septembre écoulé à l’intérieur du siège de la daïra de Mostaganem, à cause d’un logement qu’il demande depuis des lustres, et qui n’a pas été convenablement pris en charge, vient de rendre l’âme à son Créateur dans la matinée du jeudi dernier à 9h 30 à l’hôpital de Douira à Alger. Cela rappelle la vie qui est souvent cruelle, pour ceux qui n’ont pas assez d’argent à glisser pour activer leurs affaires. Et cette réalité algérienne, Khalid l’a bien appris à ses dépens. Car non seulement il n’aura pas le logement pour lequel il s’est brulé, mais aussi, il n’eut point été pris en charge à temps pour recevoir les soins que son cas nécessitait en urgence. En effet, au lieu d’être évacué en urgence sur le CHU d’Oran ou sur Alger pour recevoir les soins au sein d’un hôpital spécialisé dans le traitement des grands brulés, Khalid s’est vu traînaillé plusieurs jours à l’hôpital Che-Guevara de Mostaganem. Ce n’est qu’au milieu de la semaine écoulée qu’il a été tant bien que mal hospitalisé à l’hôpital des grands brulés de Douéra à Alger. Sur place, il avait subi une première opération mais son état ne s’améliorait guère hélas, rapporte nos sources. Or, à cause de ses souffrances, il s’est ainsi vu replonger dans un coma artificiel dans le but de limiter ses intenses douleurs. Sa mère extrêmement pauvre et démunie de toutes ressources, qui a été à son chevet, a dû passer la nuit sur le carton devant l’hôpital, en attendant le lendemain, faute de choix, mais surtout faute de solidarité au pays du nif qui sert des piaffes comme celle d’Oum-Derman. C’est donc avec  « beaucoup de peine, que le dénommé Benfatma Tedj dit khalid est malheureusement décédé suite à ses graves brûlures qui s’étaient compliquées au fil des jours de l’indifférence. Il a laissé une femme et trois enfants en bas âges dont une handicapée à 100%, sans ressources et surtout sans toit pour lequel il s'est sacrifié. Pour rappel, le jour où Khalid est parti à la daïra pour s’enquérir de sa demande de logement, il n’était pas passé directement à l’acte. Son entourage a parlé d’une inconvenance qui  lui avait été proférée. Il est alors rentré à la maison chez sa mère, changea ses vêtements, embrassa de nouveau sa mère et lui demanda pardon. De retour à la daïra, il prit place sur la banquette de la petite salle d’attente, tendu ses papiers à une dame qu’il ne connait pas, puis s’aspergea d’essence et donna le temps suffisant à la dame pour qu’elle s’éloigna, avant de cliquer sur le briquet. Que Dieu lui pardonne son geste de citoyen désabusé !

Ilies Benabdeslam
Vendredi 5 Octobre 2012 - 23:00
Lu 1461 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager


1.Posté par Malik le 06/10/2012 10:59
Allah yarhem notre cher frère Khalid.
Nous souhaiterions que son sacrifice ne soit pas vain et que ses enfants puissent, enfin, bénéficier d’un logement social pour lequel leur père s’est sacrifié. Pour leurs ressources, hélas c’est une autre problématique mais j’espère attirer l’attention des cœurs charitables à ce sujet.
J’interpelle tous ceux qui baignent et qui ont le pouvoir de décision officiel ou officieux dans les procédures administratives décidant l’attribution ou NON des droits citoyens particulièrement en matière des logements sociaux, je leur dis que vous avez tous vos mains maculées du sang de Khalid ainsi que tant d’autres citoyens ayant droit, aussi longtemps qu’ils les laveront même dans les lieux les plus sacrés. Vous participez à un élan de haine grandissant et qui, sans doute, éclatera à un moment ou un autre. Il parait évident que c’est juste une question de temps.

Pour finir, je précise et j’informe ces pouvoirs politiques locaux que si un logement ne sera pas débloqué dans les plus brefs délais pour que les enfants de Khalid puissent avoir un toit décent sur leurs têtes, il y a beaucoup de personnes plus qu’impatientes qui monteront au créneau et qui n’auront rien à perdre…A vous de faire votre travail !

2.Posté par maloge le 06/10/2012 11:48

3.Posté par Muslim le 06/10/2012 17:09
ina lilahi waina ilaihi radjioun !!!!!!!!!!! Ses enfants ainsi que sa femme auraient aimé qu'il reste auprès d'eux .

4.Posté par Dounia Wafa le 06/10/2012 18:25
Triste et malheureux. Les logements , il y en a il faut le reconnaître l'était a mis le paquet. Peut être, un autre pays arabe ne ferait pas ce que fait notre pays pour ses citoyens. Mais la distribution est mal faite.. Il y en a qui sont logés, et ils se sont vus attribués des logements pour les revendre et construire une maison , une villa.
Un célibataire qui bénéficie d'un logement alors qu'a coté il y a ce père de famille qui attend son tour depuis longtemps .
A l'université par exemple, l’enseignant une fois recruté, il se voit attribué un logement en plus un second pour sa dame qui est sa collègue. Ces deux personnes habitent dans le premier et le second est loué. Avec tout le salaire qu'ils ont, les stages à l'étranger pour ne rien ramener soit disant la recherche, pour les médiocres qu'ils forment.. Et en avant puisque l'Algérie est riche pourquoi ne pas profiter. Ce sont ces facteurs qui créent le malaise social qui à son tour, déclenche la colère.

5.Posté par freeman le 06/10/2012 19:27
je n'ai rien a dire Malik a tous dit,oui messieurs les officiels vous etes en rain de crée un mal irreverssible

6.Posté par nara le 06/10/2012 20:32
ca me revolte et ca m attriste bcp moi meme j ai depose mon dossier e 1993 handicapee et jusqu a present ne benificiant de se minime droit car a cette daira il y a une femme qui fait la pluie et le beau temps et tout les chefs de daira prennent en parole celle ci alors que font elles ses membres de cette commision de distribution

7.Posté par isma le 06/10/2012 21:19
il faut aussi parler de cette" inconvenance qui lui avait été proférée" que non seulement en a parler sa famille mais c'est aussi et malheureusement une réalité car le défunt aurai pu être secouru à temps dans le local même de la Daira ! Il faut parler des désagréments que subi les pauvres gens dans les administrations et comment même ils sont traités, j'en suis témoins!!
Je suis témoins de l'incompétence et la bassesse de ces gens là derrière le comptoir!!
Cette histoire ne va pas s'arrêter là, la justice sera rendu à Taj inchallah!!

8.Posté par Moi le 06/10/2012 21:54
C'est malheureux d'en arriver là, pour un logement social, on devrait ériger un sanctuaire avec tous les noms des martyrs gravés dans le marbre, que la société algérienne à créer et détruit depuis 50 ans de règne sans partage.

9.Posté par cm le 07/10/2012 13:49
yar hamou il a s’sacrifier sa vie pour na pas voir ses enfants souffrir par manque des moyens logement soins etc. Vous imaginez dans un pays riche les citoyens souffre par manque de moyen de toujours .Il existe deux catégorie algériens l’une qui a tous les droit et d’autre t’as rien même tu demande un extrait de naissance il te font chier (désolé du mot) toute la journée c’est arrivée a la APC de 5juillet je réside le quartier un livret famille et née a mostaganem .
Les élues locaux qu’elle est leur rôle au niveau de leurs circonscriptions juste soutenir un programme d’un wali son rôle et d’entre a cote du citoyen et non de l’administration et être sur le terrain et non de portée une cravate et frimé devant les citoyens mais un jour tous qui fait du mal pour ce pays et les citoyens paieront la et devant les tribunaux avant d’aller au delà

10.Posté par laroussi le 07/10/2012 21:05
comme je l'ai déja dit ,un père de famille dans le besoin n'a pas droit à un logement pour sa famille ,alors que des immigrés avec des dossiers trafiqués (des fiches de salaires fausses) arrivent à bénéficier d'un logement et le revendre ou le laisser fermer pour y habiter un mois par an ,tout en sachant qu'ils ont les moyens de s'en payer un par la voie normale.et j'en parle en connaissance de cause ,sans vouloir citer "des heureux bénéficiaires" pour ne pas les offusquer.merci de publier ce message et me dire si j'ai raison ou pas ,car beaucoup de monde est au courant de ces pratiques.

11.Posté par lidof le 08/10/2012 19:11
Allah yaghferelek wa yarhmmek ya khalid
j'ai publie cette page sur la page facebook de ( nass Mostaganem )

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+